Luttes sociales

La jeunesse, un enjeu important pour La Réunion

Rémy Darroux, nouveau sous-préfet à la cohésion sociale et à la jeunesse

Céline Tabou / 7 octobre 2014

Arrivé dans un contexte plus que tendu, le nouveau sous-préfet chargé de mission cohésion sociale et jeunesse, Rémy Darroux, a annoncé ses intentions de continuer le travail réalisé par son prédécesseur, Ronan Boillot, afin de répondre aux défis que sont l’emploi des jeunes.

Après deux années passées à la direction des affaires publiques Rhône-Alpes/Auvergne, du réseau de transport d’électricité (RTE), filiale du groupe EDF, Rémy Darroux fait un « retour dans le public ». Âgé de 50 ans, ce dernier a une certaine connaissance des Outremers, après avoir passé deux ans au Haut commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie.

« L’emploi ne se décrète pas »

Présent dans l’île depuis une semaine, le nouveau sous-préfet n’a pas eu le temps de prendre connaissance du contexte économique et social de La Réunion, assurant toutefois avoir « rencontré une minorité d’acteurs ». Ce dernier « mesure le travail fait par Ronan Boillot sur la jeunesse et de la cohésion sociale », mais également « l’importance que revêtent ces thématiques dans l’île ».

En effet, La Réunion est le territoire le plus jeune de France, avec plus de 300.000 jeunes réunionnais, parmi lesquels près de 22.000 sont sans emploi. Avec de tels chiffres (58,4 % des moins 25 ans au chômage), Rémy Darroux a assuré que « le niveau de l’enjeu pour l’île est extrêmement important, c’est un enjeu collectif pour ma part ».

Quelques jours avant son arrivée à La Réunion, des mobilisations de jeunes ont été organisées pour l’emploi. « Il faut entendre le message porté qui traduit le niveau de difficulté », a précisé le sous-préfet. Face à cette situation, le sous-préfet a indiqué que « l’État a ses responsabilités mais l’État ne travaille pas seul ». De plus, « l’emploi ne se décrète pas, c’est aussi les entreprises qui créent de l’emploi. Il faut encore une fois mailler le terrain, poursuivre le travail partenarial pour optimiser les crédits. Mais il ne faut pas être dans une fuite en avant », a réitéré Rémy Darroux.

Mettre l’accent sur les entreprises

Pour ce dernier, la solution se trouve donc dans la concertation, raison pour laquelle « je souhaite faire une prise de contact la plus complète et rapide pour m’imprégner des réalités et comment travailler ensemble ». D’autant que cet ancien du secteur privé aura également la charge d’aider les entreprises les plus en difficultés, dans un contexte où l’économie réunionnaise manque de dynamisme : « la problématique est de créer des emplois, la dynamique ne doit pas être assez forte ».

L’objectif sera alors de relancer cette dynamique, car l’emploi des jeunes concerne le monde du travail, mais aussi « la politique de la ville, de la lutte contre l’illettrisme, l’accès à l’emploi car certaine catégorie de personne se heurte à une succession de difficultés qui les fragilisent et les maintiennent éloignés de l’emploi », ainsi que « l’accès aux soins, au logement », a évoqué le sous-préfet.

Pour l’heure, ne connaissant pas « la finesse de la mécanique » à La Réunion, tant en matière de budget que de dispositifs existants. Toutefois, la priorité pour le nouveau sous-préfet sera de permettre aux jeunes d’accéder à l’emploi, « ce n’est pas facile de traiter ce genre de difficultés, il faut regarder, de manière cohérente et collective, tous les dispositifs pour que demain, on gagne en efficacité ».


Kanalreunion.com