Luttes sociales

La pauvreté à l’étude

XVème Congrès de la CFDT

Témoignages.re / 29 octobre 2009

Ce mercredi 28 octobre 2009, la CFDT a organisé un colloque relatif à la pauvreté et la misère sociale réunionnaise. Plusieurs spécialistes : un économiste, une statisticienne de la DRASS, le président d’ATD Quart Monde ou encore celui de l’URIOPSS (Union régionale interfédérale des oeuvres et organismes privés sanitaires et sociaux) ont répondu présents à l’invitation du syndicat. Plus qu’une table-ronde, c’est une leçon d’économie sociale qui a été dispensée aux adhérents.

Qui n’a pas entendu dire que 52 % de la population réunionnaise vit sous le seuil de pauvreté ? Reste maintenant à comprendre le sens de chiffre, à en saisir la réalité sociale sous-jacente. C’est dans cet objectif que Jean-Pierre Rivière, président de la CFDT-Réunion a décidé d’organiser cette table-ronde autour de l’état de la pauvreté et de la misère à La Réunion. « Je souhaite que nos militants prennent conscience que, bien que notre cœur de métier soit tourné vers la situation de nos membres (tous salariés), à côté d’eux, des milliers de pauvres ont tout autant besoin de notre attention et de notre soutien », explique le leader de la CFDT, en précisant qu’il ne serait pas sur le devant de la scène « cette fois », mais bien parmi ses militants, à écouter les spécialistes.

Deux chiffres ont posé le débat : on dénombre15% de pauvres supplémentaires par rapport à 2001 et depuis 2002 on constate une aggravation de la situation relative de ces plus démunis.

« La Réunion doit passer de l’ère de la quantité à l’ère de la qualité. Le marketing territorial autour des projets de développement durable de l’île (GERRI, Réunion île verte…) est entièrement axé sur le domaine environnemental et les technologies qu’il implique. Or, le développement durable devrait également en passer par le bien-être sociétal. À trop vouloir la lune, on pourrait perdre la Terre », analyse l’économiste Philippe Jean Pierre, avant de monter sur l’estrade de la nouvelle salle de l’ADPE.

En 2006, un réunionnais sur 2 vit avec moins de 790 euros par mois. Un seuil qui atteint 1.280 euros en métropole. Cette extrême pauvreté pourrait intégrer, un jour, la liste des combats menés par la CFDT. C’est en tout cas l’objectif de son président et de cette table-ronde organisée autour d’un thème qui ne relève pas, traditionnellement, des prérogatives du syndicat.

Par ailleurs, le nouveau Conseil de la CFDT a également été élu à l’issue de XVème Congrès.

Texte Imaz Press Réunion


Kanalreunion.com