Luttes sociales

La promesse du Haut Conseil de la commande publique ne convainc pas

Bâtiment et travaux publics

Témoignages.re / 16 septembre 2010

Présidé par une ancienne députée UMP, le Conseil supérieur de la commande publique devenu Haut Conseil comme annoncé par Margie Sudre n’a apporté aucune solution immédiate et concrète aux acteurs du BTP. Une prochaine réunion aura lieu le mois prochain.

Les acteurs de la filière BTP (Bâtiment et travaux publics) se sont réunis ce mercredi 15 septembre 2010 avec le Haut Conseil de la commande publique, crée tout récemment et présidé par Margie Sudre, pour échanger et trouver des solutions sur les difficultés que rencontre le secteur. « L’un des résultats de cette réunion est qu’il y aura dès cette année un engagement au minimum de 10% sur le milliard d’euros affectés à la commande publique et encore non utilisés », a annoncé le préfet, Michel Lalande. « J’attends de voir. Je donne rendez-vous à tout le monde en octobre pour le prochain conseil. Nous aurons alors une journée de vérité », lâche agacé Jacky Balmine, dirigeant de la CGTR. Franck Legros, de la CAPEB (syndicat patronal), se dit « très déçu », car « il attendait de la commande tout de suite ».
« Mais le rôle de ce haut conseil n’est pas de passer commande, nous n’avons aucune finance. Notre rôle est de mobiliser les fonds publics qui existent dans les collectivités »
, rétorque Margie Sudre. De son côté, le préfet ajoute : « il est incontestablement possible que ces 10% soient engagés avant la fin de l’année dans quatre mois ». « Effectivement, la fin de l’année est là et, dans deux mois et demi, ce sont les congés du bâtiment, à vous de juger », réplique le syndicat patronal de Franck Legros.
Tout le monde s’accorde à dire que « l’exécution de la commande publique est beaucoup trop lente ». « Allons plus vite, soyons plus professionnels », lance Michel Lalande. « La Réunion est encore dans un état d’esprit d’abondance, alors que les volumes diminuent. Quand c’est la rareté, il ne faut rien perdre », dit-il encore. Le haut conseil s’est engagé à informer les maires sur le code des marchés publics et à envoyer un courrier à l’ensemble des décideurs pour qu’ils accélèrent les signatures des ordres de services. « Le potentiel d’activité existe, mais les signatures des ordres de services ne se font pas », insiste Bernard Tillon, secrétaire générale de la FRBTP (Fédération réunionnaise du BTP).
À noter qu’une prochaine réunion du Haut Conseil de la commande publique est prévue fin octobre avec tous les acteurs de la filière du BTP. « Si, dans un mois, il ne se passe rien, on va se lâcher », lance la CGTR.
L’autre point discuté lors de ce conseil a été celui de la création d’une cellule pour les salariés licenciés. « C’est le point positif de cette réunion, souligne Jacky Balmine, le préfet doit convenir d’un rendez-vous entre nous et le sous-préfet de Saint-Pierre pour que l’on discute de la question », indique-t-il. Les syndicats de salariés réclament la mise en place d’un dispositif d’aide aux salariés licenciés afin qu’ils puissent faire face à leurs charges et à leurs dettes.

www.ipreunion.com


Kanalreunion.com