Luttes sociales

La question du respect des Réunionnais

Une autre revendication des travailleurs

Témoignages.re / 25 septembre 2012

La promotion de Réunionnais à des postes d’encadrement est aussi un moyen de favoriser le dialogue social. Car entre Réunionnais, nous sommes tous sur le même bateau.

La question de la promotion des Réunionnais dans l’encadrement du port est une revendication de longue date. Plus rien n’empêche aujourd’hui des travailleurs de notre pays d’occuper les postes de direction dans toutes les sociétés qui travaillent à la manutention des navires. Car les besoins de recrutement d’un cadre ne surgissent pas du jour au lendemain. Il est donc possible d’anticiper. Dans ce cas, si des compétences ne sont encore pas présentes à La Réunion, il est possible de former un Réunionnais pour qu’il soit prêt le jour J.

C’est le sens de la proposition faite par le PCR au président de la République et acceptée par ce dernier : que tous les recrutements passent par Pôle emploi, et que si et seulement si le recrutement est urgent et qu’il ne soit pas possible d’y pourvoir dans l’immédiat à La Réunion, alors qu’un constat de carence soit remis par Pôle emploi au patron. Seul ce document permettra alors à l’entreprise d’élargir le champ de son recrutement à d’autres pays que La Réunion.

Un tel cas de figure ne pourra pas se poser ici, car les besoins en recrutement pourront être gérés bien en amont.

La réunionnisation des cadres pourra faciliter le dialogue entre direction et travailleurs lors de négociations salariales. Car à l’heure actuelle, les multinationales opérant dans le port ont souvent recours à des cadres qui sont transité auparavant par des pays où malheureusement le droit syndical n’est pas respecté. C’est un des effets de la mondialisation ultra-libérale dans ce secteur. Mais cela peut transformer une discussion en un choc de civilisations.

Car lors d’un moment tendu, certains peuvent alors regretter tout haut une précédente affectation, là où le pouvoir exorbitant détenu par le patronat empêche l’existence de syndicats.

L’arrivée de Réunionnais dans les postes de direction rendra tout simplement impossible ce risque de dérapage, car c’est entre Réunionnais que pourront alors être trouvées des solutions à la crise.

 M.M. 


Kanalreunion.com