Luttes sociales

La Réunion mobilisée contre la Loi Travail

Des milliers de personnes dans les deux défilés organisés à La Réunion

Manuel Marchal / 1er avril 2016

Plusieurs milliers de manifestants ont assuré le succès des défilés de Saint-Denis et de Saint-Pierre contre la Loi Travail. Les Réunionnais ont apporté leur contribution à une journée de mobilisation qui fera date, pour le retrait d’un texte qui remet en cause le Code du Travail.



JPEG - 228.6 ko

L’appel de l’Intersyndicale relayé dès le début par le PCR a rencontré hier un grand succès. Cela faisait longtemps qu’autant de manifestants n’avaient pas battu le pavé à La Réunion. Des milliers de Réunionnais ont défilé dans les rues de Saint-Denis et de Saint-Pierre. Les jeunes ouvraient les cortèges derrière la banderole de l’Intersyndicale CGTR-FO-FSU-Solidaires-UNEF. D’autres syndicats s’étaient joints au mouvement, tels que le SAIPER ou la Fédération BTP de la CFDT. Cette mobilisation a été un démenti infligé à tous ceux qui prévoyaient un échec, ou s’interrogeait encore sur la capacité de la population à se mobiliser sur un sujet qui la concerne.

Dans le cortège, une délégation du PCR comprenait plusieurs membres de sa direction, notamment les secrétaires généraux Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel.

À Saint-Denis, le cortège a démarré du Petit-Marché pour se diriger vers la préfecture en passant par la rue du maréchal Leclerc, la rue de Paris et l’avenue de la Victoire.

De graves menaces

Les manifestants ont fait entendre des mots d’ordre demandant le retrait du projet de Loi Travail, et ont fustigé la politique du gouvernement. Près de quatre ans après l’élection de François Hollande et de sept députés à La Réunion, la déception est grande car le mandat donné n’était pas de remettre en cause le Code du Travail.

Comme l’ont rappelé les différents intervenants lors de la prise de parole finale, le projet de loi El-Khomri remet en cause la protection de la loi. Elle rend possible la création d’un Code du travail propre à chaque entreprise. Le référendum est un moyen de contourner les représentants syndicaux que les travailleurs ont élus. Quant à la tentative de limiter le montant des indemnités versées après un jugement des prud’hommes, Ivan Hoareau a rappelé que cette idée était déjà présente dans le projet de loi Macron.

Urgence d’une autre politique

Après une marche dans les rues du centre-ville de Saint-Denis, les manifestants se sont regroupés devant la préfecture pour les prises de parole. Tour à tour, les responsables de l’UNEF, de Solidaires, de la FSU, de FO, du SAIPER et de la CGTR se sont succédé.

Tous ont mis en évidence l’urgence de mener une autre politique et de retirer un projet de loi écrit par le MEDEF.

Quelques heures avant les grands rassemblements en France, La Réunion a apporté sa contribution à une journée d’action qui fera date.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • "retirer un projet de loi écrit par le MEDEF." Quand nous disions que ia politique économique capitaliste, brisait les travailleurs, les ligotait , les réduisants au rang de main d’oeuvre corvéables à merci ! Certains dans leurs nouvelles façons de fonctionner, méprisait ce point de vue ; poussant meme parfois , cette fois- ci la traduction politique dans les urnes,favorisant ainsi le retour de vielles et méprisables méthodes !
    En tous cas bravo aux manisfestant , qui dans leur luttes, leur résistances, leur sacrifices empechent la politique économique capitaliste de nous broyer. nou tyenbo, nou larg pa !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com