Luttes sociales

La révolte des commerçants de Saint-Denis

Mobilisation pour avoir le droit d’être entendu

Manuel Marchal / 12 septembre 2017

La manifestation des commerçants a duré toute la journée. Il a fallu qu’ils bloquent la route pour obtenir le droit d’être reçus par le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette, qui a décidé de changer le plan de circulation sans que les demandes des commerçants puissent être prises en compte. Conséquences : le chiffre d’affaires s’effondre et des emplois sont menacés.

JPEG - 77.3 ko
Une délégation de Saint-Denis en colère lors d’une précédente rencontre à la mairie de Saint-Denis.

Depuis quelques semaines, un nouveau plan de circulation est en vigueur dans le centre-ville de Saint-Denis. Plusieurs axes sont devenus des couloirs réservés exclusivement aux transports collectifs. Mais dans le même temps, l’offre de parkings n’a pas augmenté. Le centre-ville de Saint-Denis est présenté comme le plus grand centre commercial de La Réunion. Mais les clients éventuels perdent désormais beaucoup de temps dans les embouteillages et préfèrent dépenser leur argent dans les grandes surfaces situées en périphérie. En conséquence, le chiffre d’affaires des boutiques est en chute libre, des licenciements et des fermetures de commerce sont à prévoir si rien ne change.

Blocage à la mairie

Les commerçants ont décidé de résister. À l’appel du collectif Saint-Denis en colère, ils ont organisé une manifestation hier. Tout a commencé par un rassemblement devant la Poste de la rue Maréchal Leclerc dans la rue piétonne. Rendez-vous était donné à 10 heures, à l’heure dite, plusieurs centaines de personnes étaient déjà présentes. Le flux n’a cessé de s’amplifier quand le cortège est parti en direction de la mairie toute proche.

Devant le refus de Gilbert Annette de les recevoir, les manifestants ont érigé des barrages près de la mairie d’une part, et devant le petit marché d’autre part, au début de la zone de circulation réservée aux bus. Ses centaines d’usagers des transports en commun ont donc dû descendre du bus pour terminer leur voyage à pied.

Finalement, une délégation de commerçants a été reçue par le maire de Saint-Denis à 18 heures. Lors d’une rencontre de deux heures, ils ont exprimé leurs propositions. À la sortie, les commerçants ont décidé de suspendre le mouvement. Une nouvelle rencontre doit avoir lieu aujourd’hui à 17 heures durant laquelle la mairie présentera de nouvelles propositions pour le plan de circulation du centre-ville de Saint-Denis.

Un plan prévu depuis longtemps

La base du problème vient donc des restrictions à la circulation des véhicules particuliers dans le centre-ville. Ce plan ne s’est pas fait du jour au lendemain. Il était donc prévu de longue date. Le projet date donc d’avant les élections législatives. Lors du scrutin, la mairie soutenait une conseillère municipale, Ericka Bareigts. Difficile de croire que cette dernière n’était pas au courant du nouveau plan de circulation. Lors de la campagne, elle n’a pas parlé de ce sujet quand elle rencontrait les commerçants pour les convaincre de voter pour elle. Pendant ce temps, le mauvais coup se préparait.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Avec un tramway, silencieux, propre, des parkings couverts de panneaux phocovoltaiques, fleuris, pour protéger les véhicules aux entrées de la ville, la plus grande de l’outre-mer français, comme Montpellier aurait une bien meilleure image surtour pour les visiteurs venus de métropole ou de l’étranger. La pollution s’accroit en attendant, bonjour les micro particules cancérigènes dans nos poumons, celui des enfants, bébés... Quelle folie ! Vive le long terme, enfin ! Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com