Luttes sociales

Le chômage des jeunes menace la stabilité des pays francophones

Comité scientifique de la Francophonie

Témoignages.re / 24 octobre 2014

Le Comité scientifique préparatoire du 15ème sommet de la Francophonie, prévu les 29 et 30 novembre à Dakar, a indiqué jeudi à Dakar que le chômage des jeunes diplômés constitue une menace pour les Etats francophones, d’où l’importance d’une prise en charge des besoins de formation adaptée aux réalités.

« Nous le savons, les jeunes diplômés sans emploi menacent la stabilité de nos Etats. C’est au moment même où la Francophonie ajoute à ses missions la dimension politique que l’éducation et la culture, qui sont liées, reviennent au centre des préoccupations de nos contemporains. Une révision des priorité s“impose »’, note-t-il dans un document officiel remis à la presse, à la cérémonie d’ouverture d’un colloque international organisé dans le cadre des manifestations qui accompagnent le 15ème sommet.

Ayant pour thème, « L’offre francophone de formation état des lieux et perspectives », ce colloque de deux jours, permettra au comité scientifique et aux différents acteurs de l’éducation de l’espace francophone, de faire une analyse critique des formations offertes par la Francophonie, de leur attractivité et de leur compétitivité au niveau international.

Défi de la francophonie

Il s’agira également pour eux, de s’interroger sur la capacité de la Francophonie à répondre aux besoins prioritaires en éducation des populations en vue de leur développement, en particulier l’insertion des jeunes diplômés sur le marché de l’emploi, au niveau national et international.

Car selon le Comité, la dimension internationale incluant la recherche n’est pas ici séparable de l’insertion socio-professionnelle.
« La formation n’est plus une variable dans le développement. Elle est devenue une création de richesse dans l’espace francophone », a expliqué le président du Comité scientifique, M. El Hadji Hamidou Kassé.

« La Francophonie a un défi à relever. Elle doit prouver sa compétitivité dans le domaine scientifique au plan international, adapter ses moyens à ses ambitions », a-t-il ajouté.

Volet scientifique du sommet de Dakar

Présidant la cérémonie d’ouverture, le Premier ministre du Sénégal, M. Mohammed Ben Abdallah Dione, s’est réjoui de la tenue de cette rencontre qui, selon lui, contribuera à la résolution des questions liées à l’éducation francophone et permettra d’apporter un volet scientifique au sommet.

« Pour la solution des problèmes socio-économiques, culturels et du genre liés au développement, les Gouvernements ont un rôle essentiel à jouer dans la création et la consolidation des capacités scientifiques et techniques nationales », a-t-il déclaré.
La cérémonie, note-t-on, a été organisée par l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) en collaboration avec le Comité scientifique, les institutions continentales et internationales de la Francophonie.


Kanalreunion.com