Luttes sociales

Le Collectif jeune appelle à la mobilisation générale

Manifestation du 23 septembre contre la réforme des retraites

Sophie Périabe / 22 septembre 2010

Après avoir mené des actions de sensibilisation dans quatre lycées du Sud hier matin, le Collectif jeune s’est réuni devant le lycée Roland Garros du Tampon pour appeler toute la jeunesse réunionnaise à descendre dans la rue pour sauver leur avenir.

« La retraite, c’est une affaire de jeunes », a rappelé d’entrée Cindy Dijoux, animatrice du réseau des “Jeunes socialistes”. Ces derniers, avec l’UNL et les “Jeunes Verts”, forment le Collectif jeune. Comme tous les autres syndicats et organisations politiques, le Collectif jeune mène depuis quelques mois des actions de sensibilisation dans les quartiers et les établissements scolaires pour expliquer à la jeune génération les conséquences de la réforme des retraites proposée par le gouvernement.
Conscients qu’une réforme est nécessaire, les jeunes dénoncent néanmoins la « non-concertation » avec la jeune génération. « Une réforme est essentielle, mais pas sans nous », poursuit la jeune socialiste.
De plus, la situation à La Réunion est particulière, selon Alexis Chaussalet, président de l’UNL Réunion, « avec un taux de chômage chez les jeunes de 50%, et 52% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, nous serons les plus touchés par cette réforme ». Chiffres à l’appui, le collectif montre que les jeunes Réunionnais seront davantage touchés que ceux vivant en métropole. « Un jeune Réunionnais commence à travailler à 29 ans contre 27 en métropole ». Si les plus âgés restent plus longtemps en activité, cela fera encore moins d’emplois pour les jeunes. « Notre avenir est en réel danger », martèle Alexis Chaussalet.
Toutes les raisons sont donc réunies pour une forte mobilisation ce jeudi 23 septembre.
Le Collectif jeune a formulé des propositions pour une réforme des retraites plus juste.
« Il y a d’autres moyens de financer les retraites », notamment taxer le gros capital, les stocks options, revoir le bouclier fiscal, etc.
Concernant les jeunes, le collectif préconise que les années d’études supérieures soient prises en compte pour leur future retraite, de même pour les stages, « qui sont des temps de travail », les périodes de chômage forcé, etc.
Plus motivé que jamais, le collectif appelle toute la jeunesse réunionnaise à se mobiliser demain et se dit prêt à durcir le mouvement si le gouvernement ne faisait pas marche arrière.

 Sophie Périabe 


Kanalreunion.com