Luttes sociales

Le Conseil d’administration du lycée Ambroise-Vollard vote contre les suppressions de postes

Mobilisation contre le plan d’austérité du gouvernement

Témoignages.re / 21 février 2011

Vendredi, le Conseil d’administration du lycée Ambroise-Vollard à Saint-Pierre a voté contre la diminution des moyens imposée à la rentrée 2011 par le gouvernement. « Par ce vote, les administrateurs du lycée entendent dénoncer des moyens toujours en baisse : 9 postes d’enseignants supprimés en 3 ans et suppression de trois classes de seconde depuis 2009 pour notre lycée. », affirme l’Intersyndicale. Cette dernière a lue une motion à laquelle s’associe la FCPE. Voici le texte de cette motion.

La rentrée 2011 sera marquée par une nouvelle saignée. L’Education nationale va supprimer plus de 16 000 postes. Dans notre lycée, cela se traduira par la suppression d’un poste. Encore un en moins ! C’est le 9ème poste de professeur qui est supprimé dans notre établissement en l’espace de trois ans !

Nous exprimons dans cette motion nos craintes quant à la qualité de l’enseignement qui sera dispensé à l’avenir dans notre établissement.
-  Encore une classe de seconde en moins (C’est la 3ème en 3 ans). Donc des classes de plus en plus chargées. Toutes les classes de 2nde seront à 34 ou 35 élèves l’an prochain.
-  Des enseignants non remplacés faute de moyens ou bien le recrutement d’enseignants sans formation professionnelle par le biais de pôle emploi.
-  L’appel à des professeurs affectés en BMP qui ne pourront s’investir dans l’établissement car ils seront « de passage ».
-  Un accompagnement personnalisé inefficace car réalisé avec des groupes pléthoriques. Pourtant, l’accompagnement personnalisé devait être le point fort de la réforme des lycées.

Les conditions d’apprentissage de nos élèves vont s’en trouver durablement dégradées.

En tant qu’élus de la liste d’Union, nous refusons cette dégradation organisée des conditions d’étude pour nos élèves. En limitant les dédoublements, la réforme des lycées a pour seul objectif de réduire le nombre de professeurs (dogme du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite).

La DHG prévue pour 2011 ne permet pas d’assurer correctement le service public d’éducation. La mise en place de groupes à effectifs réduits, tels qu’ils sont prévus par les textes réglementaires (circulaire n° 2010-013 du 29-1-2010), est impossible (notamment en accompagnement personnalisé).
Cela va pénaliser gravement les élèves les plus faibles et l’école républicaine ne pourra plus jouer son rôle d’ascenseur social.

Notre volonté est d’ouvrir aux élèves les portes de leur avenir et de permettre à tous de réussir au lycée ; mais nous ne pourrons y parvenir avec des classes surchargées et un encadrement de plus en plus restreint.
Comment aujourd’hui, devant le sort fait au service public d’éducation à travers cette énième réforme, ne pas ne pas nous insurger tous ensemble, enseignants, lycéens, personnels administratifs et techniques, parents, élus ?

En votant contre cette répartition, nous refusons de cautionner une dotation horaire insuffisante pour faire fonctionner correctement notre établissement.


Kanalreunion.com