Luttes sociales

Le cri de désespoir d’une famille entendu ?

Bras des Chevrettes Saint-André

Jean Fabrice Nativel / 18 décembre 2012

Au chemin Menciol à Bras des Chevrettes Saint-André, une famille a voulu médiatiser sa situation. Là voilà décrite dans nos colonnes.

Depuis 2 mois, une famille, venue s’installer à La Réunion, vit dans la précarité. Pourtant, elle a effectué auprès de différents services — dont la CAF — les démarches nécessaires pour que leur arrivée se passe bien.

JPEG - 47.7 ko

Précisions. Le père et la mère ne travaillent pas. Les enfants sont au nombre de 5. Le plus jeune est âgé de 18 mois et le plus âgé de 15 ans. Dans l’immédiat, ils se portent bien sauf que l’état de santé du plus jeune est à surveiller.

La santé d’un enfant de 18 mois

Cette famille est dépourvue de toutes allocations donc de toute ressource ? Heureusement, elle peut compter sur la solidarité du voisinage. Depuis leur arrivée, elle se nourrit essentiellement de pâtes. À tel point que les enfants sont rassasiés.

Elle ne peut apporter au plus jeune les conditions de vie et d’hygiènes bonnes pour sa croissance. Il lui manque du lait, les différents aliments et lotions, les vêtements, etc. Hier, il semblait affaibli et se demandait : que font toutes ces personnes chez moi ?

Sans ressource

Dans la maison où elle vit, le propriétaire n’a pour l’instant perçu aucune allocation. À leur situation, il reste compréhensif. C’est même lui entre autres qui les accompagne dans leurs rendez-vous auprès des services compétents. Constat : il leur est dit à chaque déplacement qu’il leur manque un papier.

Comme on peut le constater à cet impayé de loyer s’additionne celui de l’eau, de l’électricité. Que faire ? La famille a sollicité des associations pour d’urgence trouver des solutions et d’autre part médiatiser leur cas.

Miracle

Une à avoir entendu le cri de désespoir de cette famille est l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP). Contact est pris entre eux à la fin de la semaine dernière pour une rencontre avec la presse hier matin au chemin Menciol à Bras des Chevrettes (Saint-André).

Miracle ! La famille, l’ARCP et les journalistes apprennent en direct de la bouche d’un élu de cette ville qu’à leurs maux des remèdes sont apportés. Cette assurance est à prendre avec précaution, car il n’y a aucun écrit a relevé une voisine. Par contre, la mobilisation a payé.

Cette affaire est à suivre.

JFN


Kanalreunion.com