Luttes sociales

Le FSU Réunion dénonce des conditions de garde à vue « inadmissibles »

Arrestation d’Alexis Chaussalet

Témoignages.re / 19 février 2011

La FSU Réunion s’indigne, dans un communiqué, des conditions dans lesquelles s’est déroulée la garde à vue d’Alexis Chaussalet, secrétaire de l’UNL Réunion, jeudi 17 février dans les locaux de la gendarmerie du Tampon. « Il n’est en effet pas admissible qu’un mineur soit successivement, menotté, entièrement déshabillé, fouillé au corps, attaché à une pierre et humilié », indique le communiqué, ajoutant que « de tels traitements relèvent de méthodes employées sous d’autres cieux ou dans de sombres périodes qu’on espérait révolues dans notre pays ». L’inadéquation entre les faits pour lesquels Alexis était entendu — entrave à la circulation, outrages à agent et vol de bidon de chantier — et les méthodes employées réservées habituellement à de dangereux criminels ou terroristes parle d’elle-même, estime le FSU.
La FSU Réunion a demandé une audience au préfet de La Réunion afin que toute la lumière soit faite sur ces méthodes, que des sanctions soient prises et que les charges retenues contre ce militant syndical soient abandonnées.


Kanalreunion.com