Luttes sociales

« Le ministre des Outre-mer méprise les fonctionnaires ultramarins »

AJFER – Nou lé Kapab

Témoignages.re / 18 juin 2013

Dans un communiqué diffusé hier à la presse, l’Alliance de la jeunesse pour la formation et l’emploi à La Réunion – Nou lé Kapab réagit aux propos tenus par le ministre des Outre-mer. Ce dernier affirme que pour les policiers, « le système actuel, quoi qu’on en dise, fonctionne ». Voici ce communiqué, avec des inter-titres de "Témoignages".

JPEG - 2.3 Mo
Manifestation de fonctionnaires de police réunionnais devant la Préfecture. Ils demandent un changement des règles pour avoir un espoir de rentrer travailleur dans leur pays dans un délai décent. À leurs côtés, l’AJFER-Nou lé Kapab.

« Mercredi 12 juin à l’Assemblée nationale, le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel a été interpellé sur la problématique des mutations des fonctionnaires de police ultramarins au sein de leur département d’origine. À cette occasion, le ministre a défendu «  bec et ongle  » le système des mutations, allant jusqu’à dire : «  L e système actuel, quoi qu’on en dise, fonctionne » .

Cependant, le ministre des Outre-mer oublie que derrière ce système se cache des injustices et des discriminations subies par les Ultramarins et notamment les Réunionnais. D’ailleurs, le dispositif de «  fidélisation  » permettant aux personnes mutées de rester à La Réunion, n’est pas un droit pour les Réunionnais, contrairement à ce qu’a déclaré Victorin Lurel.

Et Patrick Lebreton ?

Les propos du ministre mettent en exergue sa méconnaissance de ce dossier sensible et traduisent sa volonté de maintenir un système injuste et discriminant auprès des Ultramarins. Ce dernier a d’ailleurs déclaré dernièrement, qu’il était bien pour les Réunionnais «  d’aller frotter leur esprit ailleurs  ».

L’unique réponse du ministre des Outre-mer aux préoccupations des Ultramarins est l’injure, alors que l’accès des Ultramarins aux postes disponibles dans leur département d’origine est un cap fixé par le Président de la République, lors de ses vœux aux Outre-mer en janvier.

D’ailleurs, une mission parlementaire sur le sujet a été confiée au député Patrick Lebreton et suit actuellement son cours. Ce dernier n’a pour l’heure pas reçu l’ensemble des organisations qui militent autour de sujet, préférant lui aussi jouer la carte du mépris.

Après les déclarations du ministre des Outre-mer et l’opacité autour de la mission de M. Lebreton, la population est aujourd’hui en droit de se demander quelle est l’utilité de cette mission, alors que les positions semblent d’ores et déjà fixées au niveau national.

« Système totalement inadapté »

Les fonctionnaires Ultramarins sont confrontés à un système de mutation totalement inadapté et qui les pénalise. En effet, depuis 2002, l’ancienneté administrative prévaut pour la priorité des affectations au sein de la Police nationale, au lieu de l’ancienneté de la demande. Par ailleurs, sous prétexte d’être Réunionnais, les fonctionnaires de Police ne peuvent prétendre aux contrats et donc aux fidélisations, comme annoncé par le ministre. Au total, 600 Réunionnais sont en attente de mutations, alors que chaque année la quasi-totalité des postes disponibles à La Réunion échappe aux Réunionnais.

Derrière ces chiffres, ce sont de véritables drames qui se jouent quotidiennement ici et là-bas. Cette situation ne peut plus durer. Le 20 mai 2013, lors de la mobilisation pour la Priorité à l’embauche des Réunionnais, de nombreuses familles et fonctionnaires en congés avaient fait part de leur mal-être et obtenu un soutien sans faille.

Des solutions existent

Des solutions existent dans le «  respect du droit des Réunionnais à être fonctionnaires à La Réunion  ». L’AJFER-Nou Lé Kapab propose de changer complètement le système des mutations des fonctionnaires ultramarins pour faciliter leur retour dans leur pays.

Il s’agit de la défense les intérêts des Réunionnais et de la responsabilité du ministre des Outre-mer et du sénateur Patrick Lebreton de prendre en compte les difficultés des Réunionnais et de tous les Ultramarins. Cette responsabilité est aussi celle de nos 7 députés, qui ont publiquement soutenu nos revendications et celle des Fonctionnaires Ultramarins.

L’AJFER– Nou Lé Kapab tire la sonnette d’alarme auprès de l’ensemble de la population et de la classe politique, afin d’exiger du gouvernement des réponses pour répondre à la détresse des Fonctionnaires Ultramarins qui attendent leur retour au pays.

Pour l’AJFER –Nou lé Kapab,

Gilles Leperlier,

Président »


Kanalreunion.com