Luttes sociales

Le peuple, priorité du PCR

Le PCR reçu aujourd’hui en Préfecture

Céline Tabou / 14 novembre 2013

Lors de la conférence du Parti communiste réunionnais mardi 12 novembre, Yvan Dejean et Maurice Gironcel ont répondu aux questions des journalistes sur la position du PCR concernant le gouvernement de François Hollande et concernant « ceux qui veulent tuer le PCR ».

JPEG - 36.6 ko
Yvan Dejean : « Pour nous au PCR, le plus important, c’est la population réunionnaise ».

Face à l’impopularité du gouvernement de Jean-Marc Ayrault et aux sondages en baisse concernant François Hollande, le secrétaire général Maurice Gironcel a appelé la population réunionnaise « à s’unir pour que les choses changent ».

De son côté, Yvan Dejean a indiqué que face au contexte économique et social, « on pouvait penser que les parlementaires socialistes de La Réunion auraient alerté le gouvernement de la gravité de notre situation, mais on est les seuls à tirer la sonnette de l’alarme, ça plait ou pas, mais on est les seuls. Les autres s’accommodent d’une situation et aménagent le système ».

Pour les deux secrétaires généraux, « à quatre mois des élections municipales, le PCR se fait l’écho des difficultés de la population. En face, il y a une coalition pour nous abattre, ce qui changerait quoi ? », a posé Yvan Dejean. Ce dernier a fustigé « ceux qui veulent nous abattre » et leur a demandé de répondre aux propositions faites par le PCR. Mais se demande Yvan Dejean, « est-ce que cette coalition va encore s’étendre ? Mais à quoi ça sert ? La population ne se sentira pas mieux, la situation ne va pas s’améliorer pour autant », a-t-il déploré.

Rappelant les élections régionales, où « on a voulu couper la tête de Vergès ? La situation n’a pas changé et ceux qui ont pris des engagements avec nous nous regardent en chien de Fayence ou nous disent : cause toujours ». Disant connaitre les noms des personnes formant « une coalition pour abattre le PCR » , Yvan Dejean a déclaré : « On vous prévient, on ne se laissera pas marcher dessus ».

Cependant, « à quatre mois des élections, nous n’allons pas nous laisser marcher dessus à chaque fois. Pour nous au PCR, le plus important, c’est la population réunionnaise. Michel Sapin ne doit pas ignorer la gravité de la situation ». Raison pour laquelle le PCR a demandé un entretien avec le ministre afin de lui exposer l’état de la situation et le projet jugé « pertinent et courageux » par François Chérèque.

Céline Tabou


Kanalreunion.com