Luttes sociales

Le Port-Est bloqué hier matin

Grève à la SGM

Cinthia Fontaine / 21 juin 2012

Le conflit entre les salariés de la Société Georges Michel (SGM) a connu hier matin un nouvel épisode avec le blocage du site du Port-Est à partir de 6h30. Blocage qui a été levé aux alentours de 10h, pour laisser les autres travailler et laisser une dernière chance aux négociations, selon le représentant du syndicat.

Les employés de quais de la SGM, en grève depuis 11 jours, demandent une augmentation de salaires liée aux charges de travail sans cesse croissantes. Malgré les différentes négociations, aucune entente n’a été trouvée avec la Direction, d’où le blocage d’hier matin.

Le secrétaire adjoint de la CGTR Ports et Docks, Danio Ricquebourg, a évoqué une possibilité d’un durcissement de la grève avec le soutien des autres sociétés autour des grévistes. « Aujourd’hui, le barrage a été levé pour permettre de continuer les négociations avec la Direction, pas besoin d’aller à Saint-Denis pour cela, explique-t-il, mais on ne peut pas laisser faire ça. Si aucune entente n’a été trouvée, le mouvement continuera demain avec le blocage du Port. On demande aux employés de travailler plus de 10 heures par jour, mais on ne veut pas aligner la charge de travail supplémentaire et les salaires ».
« Le prix d’une bouteille d’huile augmente, mais pour nous, aucune augmentation », commente un employé de la société.

Tous les employés sauf les cadres, soit 75 sur les 88 de la SGM, sont en grève depuis le 11 juin. Ils réclamaient la tenue de Négociations salariales annuelles et une augmentation de 4%. Après 11 jours de grève et suite aux négociations, ils s’accordent sur 3,8% minimum, mais la Direction ne veut pas aller plus loin que 2,85%, avec un échelonnement sur l’année. Pour les grévistes, cette demande d’augmentation est liée à la surcharge de travail due à l’accroissement du trafic sur Le Port.

La médiation portée par l’Inspection du travail les 18 et 19 juin n’a pas abouti à une conclusion favorable à la fin de ce conflit.
Cette grève empêche le déchargement des produits manutentionnés par la SGM qui gère 25% du trafic de l’enceinte portuaire. Des dizaines de containers sont bloqués et des centaines n’ont pas pu être déchargés.
Plusieurs bateaux ont été déroutés vers l’île Maurice. Un bateau de transport de véhicules est actuellement en attente dans l’océan, ne pouvant être dérouté. La société SGM s’occupe de containers de matières premières destinées aux entreprises industrielles, de marchandises et de produits frigorifiques destinés au commerce et de déménagement à destination des particuliers.

Inquiet face à ces conditions qui ont « des répercussions économiques », le préfet de La Réunion, Michel Lalande, annonçait mardi 19 juin 2012 dans un communiqué « mettre en œuvre la procédure de conciliation prévue par le Code du travail. La commission régionale de conciliation a été convoquée et se réunira sous la présidence du directeur de la DIECCTE » cette après-midi à la Préfecture de Saint-Denis.

CF


Kanalreunion.com