Luttes sociales

Le SACRE-UNSA Territoriaux satisfait de l’effort de la Région

Rattrapage du régime indemnitaire

Témoignages.re / 31 décembre 2009

Le SACRE-UNSA Territoriaux, l’un des syndicats des agents de la collectivité régionale, a obtenu des avancées en ce qui concernent le rattrapage du régime indemnitaire, ainsi que d’autres engagements.

Le SACRE-UNSA Territoriaux (Syndicats des agents du Conseil régional UNSA) se félicite de la signature d’un protocole d’accord avec la collectivité régionale, concernant notamment le régime indemnitaire. Ce protocole d’accord est né lundi dernier, à l’issue d’une séance de travail en présence de Messieurs Yvon Virapin et Raymond Mollard — vice-président, Monsieur Houssen Amode, directeur Général des services, ainsi que Monsieur Idriss Omarjee, directeur de Cabinet et Mme Catherine Payet, chef de Cabinet. « Nous avons défendu l’intérêt général. Le régime indemnitaire va s’appliquer aux catégories A, B, C sauf pour la filière technique dont le régime ne bougera pas. Il s’agit de réduire l’écart entre les filières administrative et technique », indique Yves Tambon, secrétaire général du syndicat. « La Région s’est engagée dans ce processus indemnitaire. C’est une première étape pour un même niveau de traitement avec les agents du Conseil général. Cette mise à niveau va commencer dès le 1er janvier 2010 et se faire progressivement jusqu’en 2012 », ajoute-t-il.
Le SACRE-UNSA affirme avoir opté depuis longtemps pour une démarche de discussion et non une stratégie de rapport de force. « Le rattrapage du régime indemnitaire faisait partie de notre profession de foi lors des élections professionnelles de 2008. Ce n’est pas une revendication nouvelle », indique Yves Tambon. Ce régime indemnitaire passera ainsi pour un fonctionnaire de catégorie A de 182 à 218 euros, et pour la catégorie C de 65 à 115 euros.
Outre la revalorisation de ce régime indemnitaire pour l’ensemble des agents de la Région, la prime semestrielle sera attribuée au personnel des lycées. Yves Tambon souligne que « la collectivité fait un effort considérable car il n’y aura pas de compensation supplémentaire de l’État ».
Autres avancées : la prise en compte du niveau de responsabilité (au-delà du grade) pour le régime indemnitaire, le doublement du ticket restaurant de 1,50 euros à 3 euros, et une participation de moitié de la collectivité à la cotisation des mutuelles santé.

EP


Kanalreunion.com