Luttes sociales

Le SGPEN-CGTR condamne la garde à vue d’Alexis Chaussalet

Lutte contre la casse sociale

Témoignages.re / 17 février 2011

Dans un communiqué, le SGPEN CGTR « condamne avec la plus grande énergie l’interpellation, l’arrestation et la mise en garde à vue du secrétaire fédéral de l’UNL Alexis Chaussalet ». Extraits :

LE SGPEN CGTR note que cette mise en garde à vue intervient en pleine mobilisation ascendante des personnels de l’éducation nationale contre les suppressions de postes

" L’entrave à la circulation" et le soi disant "outrage à agent" ne sont que des prétextes pour casser la dynamique de lutte et intimider les jeunes de rejoindre massivement les luttes en cours

Le SGPEN CGTR observe que la préfecture a une conception à géométrie variable de l’entrave à la circulation. Lorsque les camionneurs avaient bloqué tout le réseau routier lors du conflit des carburants, le réaction des autorités avait été d’envoyer des gendarmes non pour libérer la chaussée mais pour ’encadrer les blocages pendant 8 jours sans que la moindre pression bien au contraire ne soit exercée contre ces manifestants

Pour tous ceux qui connaissent Alexis , les accusations "d’outrage à agent" ne tiennent pas la route

Tout ces éléments et ces contradictions tendent à démontrer que nous sommes là en présence d’une posture volontairement et délibérément agressive des représentants de l‘état comme réponse au mouvement social

LE SGPEN CGTR exige la levée immédiate de la garde à vue et des poursuites éventuelles qui n’ont rappelons le,, pas d’autre finalité que de vouloir mettre au pas la jeunesse de notre pays par l’intimidation et la répression

Le SGPEN CGTR considère que la meilleure réponse à apporter à la stratégie de la répression pour mater les plus combattants et casser les mouvements, est d’élargir les mobilisations en cours dans l’éducation nationale


Kanalreunion.com