Luttes sociales

Le SGPEN-CGTR se félicite

Baisse de salaire des contractuels enrayée

Témoignages.re / 21 septembre 2010

Dans un communiqué, le SGPEN-CGTR annonce que suite au dépôt de son préavis de grève pour le 28 septembre 2010, il se réjouit que le président de l’Université, conformément à leur demande, ait décidé au final d’abandonner sa mesure de baisse des salaires des contractuels (1.400 euros à 1.100 euros au 1er octobre 2010).

Le SGPEN-CGTR remercie le président pour son écoute et sa réactivité et lève en conséquence le mot d’ordre de grève pour la journée du 28 septembre 2010.

Le SGPEN-CGTR se réjouit que le président de l’Université, conformément aux demandes syndicales, ait trouvé des solutions pour maintenir les salaires des collègues contractuels jusqu’à la fin de cette année en décidant d’accorder par ailleurs un coup de pouce financier à l’ensemble des contractuels BIATOSS.

Si une solution provisoire a pu être trouvée jusqu’à la fin d’année, toutefois, ses inquiétudes demeurent sur les salaires et l’emploi des contractuels à partir du 1er janvier prochain.

Aussi, le SGPEN-CGTR souhaite que la présidence, dans la continuité de sa démarche, mette tout en œuvre pour garantir l’emploi de tous les contractuels ainsi que la revalorisation de leur rémunération, notamment en l’actant au niveau du prochain budget.

Le SGPEN-CGTR est conscient des difficultés du cadre institutionnel existant qui donne obligation aux présidents des universités de gérer leur propre masse salariale avec des contraintes budgétaires de plus en plus drastiques.

Le SGPEN-CGTR considère cependant que les personnels ne doivent pas être les victimes d’une situation dont ils ne sont pas à l’origine.

Le SGPEN-CGTR propose d’ouvrir le chantier d’une véritable révision de la grille des salaires des personnels contractuels BIATOSS et que soit engagée la discussion sur les conditions de transformation des CDD en CDI comme étape préalable à la mise en œuvre d’un plan de résorption de la précarité et de titularisation, en particulier des plus anciens.

En effet, ce ne serait que justice et reconnaissance que des collègues, piliers de l’établissement, cumulant ancienneté et compétences professionnelles, puissent bénéficier de la sécurisation de leur parcours professionnel, d’autant que la loi fixe des règles à ce sujet, note le SGPEN-CGTR.

Connu par son engagement à défendre bec et ongles les contractuels et titulaires, SGPEN-CGTR poursuivra son combat syndical avec détermination, et ce, contre vents et marées.

Enfin, le SGPEN-CGTR appelle à la constitution d’un front syndical large et unitaire pour plus d’efficacité dans la défense des personnels.


Kanalreunion.com