Luttes sociales

Le Sud au rendez-vous des luttes

Mobilisation à Saint-Pierre

Témoignages.re / 28 septembre 2011

Grand succès hier à Saint-Pierre pour le défilé qui s’est étiré du stade Casabona à la mairie de Saint-Pierre.

L’Intersyndicale et les syndicats de jeunes sont bien présents.
Le problème de la précarisation est évoqué avec une grande force. Le chômage, ce sont 148.000 personnes inscrites à Pôle Emploi. Le pouvoir d’achat baisse pour la plus grande partie de la population, et pas seulement à La Réunion mais aussi ailleurs dans toute la République.
50% des Réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté, le taux d’illettrisme ne baisse pas, le logement est toujours en crise.
Cette manifestation est un signal que la population envoie au gouvernement.
Au-delà des revendications immédiates, nous devons aussi nous battre pour le développement du pays et pour construire un projet de développement de La Réunion.
J’ai rencontré des jeunes, enthousiastes, qui m’ont demandé « qu’est-ce que vous allez faire pour nous au Sénat ? » Ces jeunes ne peuvent pas se projeter dans l’avenir, ils ne savent pas ce qu’il sera.
Au lendemain des élections sénatoriales, c’est une grande satisfaction d’être dans la rue aux côtés des victimes des politiques de Nicolas Sarkozy.
Il y a une alternance au Sénat, nous devons aller vers une autre alternance au niveau du chef de l’État, puis dans l’autre chambre du Parlement.
Au moment de cette alternance, c’est à nous, Réunionnais, de porter ce projet de développement durable. »


Gélita Hoarau, sénatrice de La Réunion

« Aux côtés des victimes des politiques de Nicolas Sarkozy »

Gélita Hoarau souligne toute l’importance d’être dans la rue, aux côtés des victimes de la politique de Nicolas Sarkozy pour leur apporter la solidarité, et soutenir la lutte pour le développement du pays.

JPEG - 54.4 ko
Gelita Hoarau salue une délégation de l’intersyndicale de l’enseignement privé. Les syndicats de ce secteur ont défilé ensemble sous la même bannière.
(photos Toniox)

« C’est une prise de conscience de l’aggravation de la situation. Je ne connais pas exactement le nombre de participants, mais c’est une belle manifestation.
Depuis 9 heures ce matin, j’ai rencontré des hommes, des femmes, des jeunes, des personnels de l’Education nationale. Toutes les couches de la population sont présentes à cette grande manifestation dans le Sud.
L’Intersyndicale et les syndicats de jeunes sont bien présents.
Le problème de la précarisation est évoqué avec une grande force. Le chômage, ce sont 148.000 personnes inscrites à Pôle Emploi. Le pouvoir d’achat baisse pour la plus grande partie de la population, et pas seulement à La Réunion mais aussi ailleurs dans toute la République.
50% des Réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté, le taux d’illettrisme ne baisse pas, le logement est toujours en crise.
Cette manifestation est un signal que la population envoie au gouvernement.
Au-delà des revendications immédiates, nous devons aussi nous battre pour le développement du pays et pour construire un projet de développement de La Réunion.
J’ai rencontré des jeunes, enthousiastes, qui m’ont demandé « qu’est-ce que vous allez faire pour nous au Sénat ? » Ces jeunes ne peuvent pas se projeter dans l’avenir, ils ne savent pas ce qu’il sera.
Au lendemain des élections sénatoriales, c’est une grande satisfaction d’être dans la rue aux côtés des victimes des politiques de Nicolas Sarkozy.
Il y a une alternance au Sénat, nous devons aller vers une autre alternance au niveau du chef de l’État, puis dans l’autre chambre du Parlement.
Au moment de cette alternance, c’est à nous, Réunionnais, de porter ce projet de développement durable. »


Christian Picard, secrétaire académique FSU

Dénoncer la dégradation de l’école

« Les salariés ont montré leurs déterminations et d’ores et déjà rendez-vous est pris pour le mois d’octobre.
L’allocution du président de la République montre encore une fois qu’il n’a rien compris aux protestations de la communauté éducative.
Au-delà du statut des fonctionnaires, il s’agit avant tout de la dégradation de l’enseignement et de l’encadrement de nos enfants que nous dénonçons.
L’école ne donne plus les moyens d’amener à la réussite de tous les élèves car avec les suppressions de postes et les classes surchargées, les élèves en grandes difficultés sont davantage pénalisés. »


Kanalreunion.com