Luttes sociales

Les carburants moteurs de la hausse des prix

Nouvelle aggravation de l’inflation

Sanjiv Dinama / 14 mai 2010

L’INSEE a publié l’évolution de l’indice des prix à la consommation des ménages à La Réunion. En avril 2010, l’indice augmente de 0,3% et le glissement annuel est de 0,8%. Sur les douze derniers mois de l’année, le palmarès revient à l’énergie et en particulier aux produits pétroliers avec +6,6%. On peut se demander si les intérêts des pétroliers vont continuer à passer avant l’intérêt général. Rappelons que cette progression ne tient pas compte de la nouvelle hausse des prix intervenue le 17 avril 2010 où le prix du sans plomb a encore progressé de 7 centimes et celui du gazole de 6 centimes.

Cette progression ne tient pas compte de la nouvelle hausse des prix intervenue le 17 avril 2010 où le prix du sans plomb a progressé de 7 centimes et celui du gazole de 6 centimes. En effet, les pétroliers ont finalement réussi à obtenir du préfet une augmentation des prix des carburants. Cette hausse a un résultat concret : elle augmente les bénéfices des compagnies pétrolières. L’indice des prix va donc connaître une nouvelle augmentation le mois prochain.

L’impact de la hausse des prix des carburants

Il existe un lien très fort entre la hausse des prix des carburants et hausse de l’indice général. Quand le COSPAR et la population avaient obtenu de l’administration une baisse immédiate et sans condition des produits pétroliers, à laquelle s’ajoutaient des baisses de prix sur des produits de grande consommation, le niveau de l’inflation dans l’alimentation n’a cessé de baisser. Mais la tendance s’est brutalement inversée en septembre dernier quand le représentant de l’État a décidé de céder aux compagnies pétrolières. Cette hausse allait être le point de départ de la relance de l’inflation à La Réunion.

Le monopole des compagnies pétrolières

Rappelons que l’approvisionnement en carburants à La Réunion se fait au travers de mécanismes de monopole. L’Autorité de la concurrence a d’ailleurs constaté que la réglementation des prix des carburants s’était éloignée de ces objectifs initiaux. La régulation des prix des monopoles d’approvisionnement est insuffisante : elle ne garantit plus l’absence de rente de situation, et le dispositif d’encadrement des marges de distribution et des prix de détail a été transformé en un système de prix unique aisément manipulable.
Ces éléments sont également repris dans un rapport remis au Sénat qui souligne une faible fiscalité dans les DOM comparé à la France.
On peut dans ce cas se demander si les intérêts des pétroliers vont continuer à passer avant l’intérêt général au vu de l’évolution de l’indice des prix.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com