Luttes sociales

Les chiffres du chômage : un autre regard

SNU Pole Emploi FSU Réunion

Témoignages.re / 28 février 2014

Le SNU-FSU constate que le ralentissement de la hausse du chômage n’est pas le résultat d’une reprise économique, mais de l’augmentation du nombre des emplois-aidés et des radiations.

Mon pays bateau fou : une société où nos responsables se satisfont de la baisse de la hausse du chômage ?

La réalité des chiffres est un nombre de chômeurs en constante augmentation depuis 2008, à l’instar de la précarité. La part des chômeurs de longue durée est en progression continue depuis 2009 et représente aujourd’hui plus de la moitié des inscrits à pôle emploi.

La précarité est encore plus présente dans notre société, le nombre d’allocataires de l’assurance chômage diminue de 8,1% sur l’année. Parallèlement, le nombre de bénéficiaires de l’allocation spécifique de solidarité (ASS) augmente de plus de 10 %.
En clair, les demandeurs d’emploi restent inscrits à Pole Emploi plus longtemps et sont contraints à vivre dans la précarité des minima sociaux.

La reprise n’est toujours pas au rendez-vous, le nombre d’offres collectées continue de baisser et par un effet de vases communicants, les contrats aidés, aujourd’hui supérieurs à 6 mois, se retrouvent comptés comme des emplois durables !!!

Premier constat : le nombre d’emplois durables collectés a été augmenté artificiellement.

Le chômage augmente moins vite, à quoi le doit-on ?

D’une part certainement aux entrées en stage et aux reprises d’emploi (CUI CAE, emplois d’avenir…), et d’autre part, à l’augmentation exponentielle du nombre de radiations administratives effectuées par Pole Emploi (plus de 60% sur an).

Deuxième constat : direction de Pole Emploi a œuvré pour ouvrir la trappe des radiations et faire baisser artificiellement le nombre de demandeurs d’emploi inscrits.

Nous constatons que nos dirigeants ont maintenant pour objectif non pas la baisse du chômage mais plutôt de ralentir sa hausse !?

Le bateau coule, certes, mais faisons en sorte qu’il coule moins vite.

Pour le SNU POLE EMPLOI FSU REUNION
Jérôme PAYET
Gérard LEONARD



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Oui la baisse insignifiante du chômage en fin d’année à la Réunion n’est pas due au patronat qui continue à licencier (11 000 suppressions d’emplois dans l’île - chiffres DIECCTE - avec une augmentation globale du nombre des chômeurs de 6,4 % en 2013), mais au maquillage de la situation par le gouvernement avec ses emplois aidés et... précaires !
    Pas d’embauches donc de la part de ces patrons qui empochent sans complexe les aides gouvernementales par millions, mais pressions sur les salariés à qui certains patrons imposent de faire parfois des semaines de 60 jusqu’à 80 heures hebdo, sans leur payer intégralement leurs heures supplémentaires, c’est-à-dire à travailler en dessous du SMIC horaire, dans le transport de marchandises ou le commerce par exemple ! C’est ça la réalité dans les entreprises.
    Le bateau ne coule pas pour tout le monde, patrons et riches restent au sec. Ce gouvernement fait tout ce qu’il peut pour protéger leurs intérêts. Quant aux victimes du système, travailleurs, chômeurs, petits retraités, ils ne peuvent que compter que sur leurs luttes pour se sortir du bourbier dans lequel le pouvoir les enfonce un peu plus de jour en jour !
    Interdiction des licenciements, répartition du travail entre tous sans diminution de salaire, arrêt des subventions au patronat, utilisation de l’argent économisé pour créer des emplois publics utiles à la population ! C’est sur un tel programme que nous devrions nous battre pour changer la vie !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com