Luttes sociales

Les décisions de Didier Robert ont détruit l’emploi

60% des jeunes au chômage, le résultat d’une politique

Témoignages.re / 27 octobre 2011

60% des jeunes actifs sont au chômage et 29,5% des Réunionnais sont sans emploi. Les conditions économiques et sociales de La Réunion s’aggravent de semaine en semaine, et les projets mis en place sur les 20 prochaines années ont été stoppés pour des raisons de politique politicienne.

15.000 emplois dans l’énergie renouvelable, 15.000 emplois dans le BTP, 15.000 emplois dans la pêche, 20.000 emplois dans 2 grands services, l’Environnement et l’aide à la personne, et près de 3.000 emplois directs pour la MCUR et le tram-train, autant de projets qui n’ont plus cours aujourd’hui, depuis que Didier Robert a décidé de supprimer les grands projets lancés sous la mandature de Paul Vergès.

L’autonomie énergétique au point mort

Lors de la mandature précédente à la Région, l’Alliance avait lancé une série de projets « structurants » destinés à améliorer la vie des Réunionnais. La Réunion aurait alors pu être en pointe en matière d’environnement. Parmi lesquels ceux répondant aux besoins urgents en matière d’assainissement des eaux usées ou de prévention des risques majeurs, entre autres avec l’endiguement des ravines et la protection contre les radiers.

L’autonomie énergétique pour 2025 avait une feuille de route, le PRERURE (Plan régional des énergies renouvelables et de l’utilisation rationnelle de l’énergie). Celui-ci devait définir, sur une période de 25 ans, le contenu d’une politique de demande et d’offre énergétique centrée sur l’amélioration de l’efficacité énergétique et la valorisation des énergies renouvelables disponibles à La Réunion. Aujourd’hui, ce projet a été mis de côté pour des effets d’annonce et des projets à court terme, sans politique d’autonomie énergétique, ni lutte contre le chômage, qui sévit à La Réunion.

15.000 emplois à terre

Devant créer près de 15.000 emplois dans l’énergie renouvelable grâce à l’application des objectifs du PRERURE, et plus de 10.000 emplois dans l’environnement.
Le secteur des énergies renouvelables a depuis été mis à mal par Didier Robert, dès son investiture en avril 2010. Ce dernier a annoncé l’arrêt de la géothermie. Ce coup de force contre notre pays a été accompagné par de nouvelles règles décidées par le gouvernement de Nicolas Sarkozy pour supprimer le développement du photovoltaïque. A cela s’ajoute la délocalisation de l’expérimentation de l’Énergie thermique des mers, une décision qui avantage les intérêts de grosses entreprises, mais va contre le développement économique de l’île.
Dans l’environnement, les grandes déclarations du Grenelle de l’Environnement ont donc été démenties par les actions de Didier Robert qui, dès son investiture, a supprimé tous les projets destinés à faire de La Réunion une sommité en matière de développement durable.

Céline Tabou 


Tram-train et MCUR arrêtés : des milliers d’emplois supprimés

En cette période de crise, les grands travaux comme le tram-train et la MCUR auraient permis de créer près des milliers d’emplois alors que 28,9% des Réunionnais en âge de travailler en sont privés, notamment 60% des jeunes. La nouvelle majorité à la Région remet aujourd’hui en cause les grands projets structurants de La Réunion comme le tram-train ou la MCUR. Le premier aurait réduit les embouteillages et permis aux habitants des Hauts de descendre sur la côte plus rapidement. Le second aurait permis aux Réunionnais de renouer avec leur identité et leur culture.
Pour ne pas s’attirer les foudres des dirigeants du BTP, Didier Robert a annoncé la création 8.000 emplois dans le BTP. Cependant, cet effet d’annonce ne sera pas suivi par une politique de développement durable dans les domaines de l’emploi, l’environnement, ni l’autonomie. Après avoir supprimé des projets allant jusqu’en 2025, Didier Robert est déjà incapable de remplacer les 100 millions d’euros perdus pour la rocade du Tampon. Si Paul Vergès n’avait pas fait démarrer le chantier du pont de la rivière Saint-Etienne, Didier Robert n’aurait rien à montrer dans les médias. Alors quand il dit qu’il va créer 8.000 emplois, ce n’est que de la com’.

 CT 


Hausse du chômage due à Didier Robert et ses décisions

L’INSEE vient d’annoncer qu’au deuxième trimestre 2011, le taux de chômage à La Réunion atteint 29,5% de la population active. Il touche désormais 102.000 personnes, soit 3.000 de plus qu’en 2010. Le chômage a très fortement augmenté depuis le début de la crise, passant de 24,8% en 2008 à 29,0% en 2010 et se maintient à un niveau très élevé en 2011 : +0,5 point. Les décisions politiques de Didier Robert de supprimer la géothermie, la MCUR, le tram-train et de ralentir le projet de route du Littoral qui, aujourd’hui, n’est plus viable ont conduit à une hausse significative du chômage.

 CT 


La modernisation de Gillot : le nouveau GERRI de l’UMP ?

Prévue de longue date, l’aéroport de Gillot devait être rénové afin d’accueillir l’A380 commandé par Air Austral. Aujourd’hui, les travaux n’ont toujours pas commencé et les choses s’accélèrent du côté des avionneurs.
C’était pourtant en 2009 que le plan de composition du l’aéroport à l’horizon 2025 avait été dévoilé. À charge pour la CCI et l’État de mettre sur la table les plus de 200 millions prévus pour financer des travaux qui de toute façon doivent se faire.
Il est donc pour le moins surprenant d’apprendre que ces travaux ont été intégrés dans les pseudo "grands chantiers" de Didier Robert.
On reconnaît là la technique bien rôdée de l’UMP, s’accaparer le travail des autres en lui collant son étiquette et en disant que c’est le parti de Sarkozy qui a fait. L’UMP avait utilisé la même méthode en montant GERRI, pour mettre la main sur le PRERURE piloté par la Région. Souhaitons que la modernisation de Gillot ne finisse pas comme GERRI… affaire à suivre !


Kanalreunion.com