Luttes sociales

Les “emplois verts” des berges de la rivière du Mât menacés

Association Agir Pou Nout Tout

Témoignages.re / 21 juillet 2010

Est-ce la fin des “emplois verts” d’Agir Pou Nout Tout ? L’association a appris que les six contrats aidés des berges de la rivière du Mât ne seront pas renouvelés par la Région et la commune de Bras-Panon.

Les “emplois verts” des berges de la rivière du Mât sont en grève depuis vendredi dernier. Les six contrats aidés (CAE) de l’association Agir Pou Nout Tout sont aujourd’hui menacés. Les travailleurs ont accroché aux arbres des pancartes pour exprimer leur incompréhension : « y fé 10 ans que nous entretien le site, pourquoi y veut pu nous travaille ici ? ».
Jean-Bernard Imouza Ichiza, encadrant des “emplois verts” de la rivière du Mât, explique que l’association a été avertie. Suite à un courrier de la Région à la commune, les contrats aidés ne devrait pas être renouvelés en août. « On nous dit aujourd’hui que l’on n’a pas le droit de travailler sur le site. Nous sommes un peu comme des travailleurs sans papier », commente l’encadrant.
Pourtant, l’association Agir Pou Nout Tout avait déjà pris contact avec le Pôle Emploi pour l’embauche de nouveaux employés.
Les “emplois verts” d’Agir Pou Nout Tout entretiennent les berges de la rivière du Mât depuis 2001, du ramassage des déchets verts et déchets ménagers à l’entretien de la pelouse. Mais les grévistes n’étaient pas seuls hier matin sur le site de la rivière du Mât. Ils ont été rejoints par d’autres “emplois verts”, solidaires du mouvement. L’association Agir Pou Nout Tout s’occupe en effet de trois autres sites : la cascade le Chien, les berges de la rivière des Roches et le Bassin Rosère. Au total, l’association gère une quarantaine de contrats aidés.
Des contrats qui arriveront à échéance cette année, pour certains en septembre. Et Agir Pou Nout Tout craint que le même sort soit réservé aux “emplois verts” de ces trois autres sites.
« Le président de la Région avait pourtant promis la création de 10.000 “emplois verts”. Alors pourquoi nous sanctionner aujourd’hui ? », demande Jean-Bernard Imouza Ichiza.
Les “emplois verts” des berges de la rivière du Mât veulent continuer à travailler.

EP


Kanalreunion.com