Luttes sociales

Les emplois verts en danger réclament des contrats

Manifestation devant la Région

Témoignages.re / 22 janvier 2013

A 15 heures hier, après avoir bloqué pendant près de cinq heures le Conseil régional et après avoir été reçus par Serge Camatchy, vice-président de la Région, les membres de l’association Les emplois verts en danger ont levé le camp et se sont dirigés vers la préfecture. La Région leur a assuré que 9.000 contrats aidés et 5.000 emplois verts doivent être accordés à La Réunion en 2013. Les manifestants ont donc décidé de se rendre devant la préfecture pour en avoir la garantie.

JPEG - 48.7 ko

11 heures : après avoir décollé de Saint-Benoît vers 9 heures hier, le convoi d’une quinzaine de voitures est arrivé peu avant 11 heures devant le Conseil régional à Saint-Denis. Des bouteilles de gaz ont été posées devant les grilles de la collectivité, qui ont été fermées. L’avenue René Cassin a été également bloquée. Les manifestants demandaient à être reçus par un représentant du Conseil régional.

Les membres de l’association Les emplois verts en danger exigeaient des réponses concernant le maintien des 2.268 contrats pour 2013. Et pour cause, ils sont dans l’incertitude. « Des contrats se sont terminés, d’autres arrivent à terme à la fin du mois. Nous n’avons aucune information sur leurs renouvellements », a expliqué Alice Moindjie, présidente de l’association Agir pou nout’ tout’. « Notre patience a des limites », a-t-elle martelé.

À noter que l’association Les emplois verts en danger, qui bénéficie du soutien de l’ARCP (Alliance des Réunionnais contre la pauvreté), avait prévu de se rendre à la préfecture après son action devant le Conseil régional.

11 heures 10 : l’agacement est monté. Les emplois verts voulaient être reçus. Ils ont secoué les grilles du Conseil régional pour pouvoir entrer au sein de la collectivité. Le calme est ensuite revenu.

11 heures 30 : Les manifestants ont essayé de pénétrer de force par une autre entrée dans l’enceinte de la Région. Ils ont été repoussés par les forces de sécurité. L’agacement s’est fait sentir. Les protestataires se sont ensuite dirigés vers une troisième entrée où ils ont menacé de faire tomber le portail fermé. Deux fourgons de policiers supplémentaires ont été dépêchés.

11 heures 50 : les membres de l’association Les emplois verts en danger ont bloqué la circulation au milieu de l’avenue Georges Brassens. Une action de quelques minutes. Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la Région.

13 heures 20 : les esprits ont commencé s’échauffer devant le Conseil régional. Alors qu’ils manifestaient dans le calme depuis un moment, les manifestants se sont subitement rassemblés devant l’entrée principale de la collectivité afin de faire monter la pression. La Région s’est dite, en effet, prête à recevoir une délégation de cinq personnes. Ce qu’ont refusé les manifestants. Ils réclamaient que 10 membres de l’association prennent part aux discussions.

14 heures : une délégation de membres de l’association Les emplois verts en danger a été reçue au Conseil régional par Serge Camatchy, vice-président de la collectivité. Pendant ce temps, à l’extérieur, une vingtaine de personnes s’est installée au milieu du carrefour de l’avenue Georges Brassens, à proximité de la pyramide inversée.

Avec Imaz Press Réunion

JPEG - 56.6 ko
JPEG - 45.9 ko
JPEG - 49.5 ko

(photos Imaz Press Réunion)


Kanalreunion.com