Luttes sociales

Les enseignants témoignent

L’humiliation de jeunes professeurs réunionnais

Témoignages.re / 3 juillet 2010

L’affectation à titre provisoire (ATP) à La Réunion de 3 membres du collectif Profs 974 a été annulée par le Rectorat à la demande du Ministère de l’Education Nationale. La décision est tombée ce jeudi 1er juillet 2010, soit 3 semaines après que les concernés aient reçus leur ATP. Face à cette situation, le collectif Profs 974 a décidé de ne pas baisser les bras.

Delphine Bichet enseigne la logistique au lycée Moulin Joli depuis 2003. Elle a réussi son concours cette année et avait donc été affectée à Paris, dans le 12ème arrondissement. La jeune femme, enceinte de 7 mois de son 2ème enfant, a réussi à obtenir une affectation à titre provisoire sur l’île après 2 mois de combat. Mais cette ATP a été annulée ce 1er juillet. Elle doit partir pour Paris alors que son mari travail à La Réunion dans le milieu de l’aquaculture. « Je devrai prendre un congé parental », souligne t-elle. « Pourtant, si je renonce au bénéfice de mon concours, je suis certaine de retrouver un boulot dans un établissement scolaire », déplore t-elle.
Même situation pour Frédérique Sergent. Mère de 2 enfants, elle bénéficiait aussi d’une ATP en tant que prof d’EPS jusqu’à l’annulation du 1er juillet. Si aucune solution n’est trouvée, elle devra s’envoler pour la France malgré sa situation familiale complexe. Une autre enseignante, actuellement en vacances à l’étranger, a vu elle aussi son ATP annulée. « On ne sait même pas si elle est au courant », indique un membre du collectif.
Pour Christian Picard, secrétaire général à la FSU (Fédération syndicale Unitaire), « c’est une provocation du ministère ». « On leur annonce cela à la veille des vacances et alors qu’ils ont déjà commencé à préparer leur année à venir. La conséquence sur leur vie n’est pas prise en compte. Nous ne pouvons pas accepter cela », fustige le syndicaliste.
Ces 3 enseignants ont le soutien des autres membres du collectif qui se battent depuis près de 3 mois pour pouvoir rester sur leur île, « au regard de leur situation particulière ». C’est notamment le cas de Jossia Virin, enseignante dans le domaine de la communication et du secrétariat, est mutée en France. La jeune femme qui sera éloignée de son conjoint, sera professeur TZR (remplaçante) dans l’Académie de Versailles, soit 4 départements. Travaillant à temps partiel, Jossia Virin devra payer son logement, sa nourriture mais aussi ses déplacements dans les différents départements avec 750 euros. « C’est impossible », s’exclame un membre du collectif.
Face à cette situation, le collectif Profs 974 a décidé de ne pas baisser les bras et de se battre pour que Luc Châtel, ministre de l’Education Nationale, revienne sur sa décision. Une rencontre avec Didier Robert est prévue ce lundi 5 juillet à 10 heures.


Kanalreunion.com