Luttes sociales

Les grévistes en appellent au ministère de l’Énergie

Conflit à EDF et à la Séchilienne SIDEC

Témoignages.re / 31 mars 2011

La CGT Énergie a demandé au ministère de l’Énergie la mise en place d’une médiation entre les grévistes des différents départements d’Outre-mer ainsi que les directions nationales d’EDF et des entreprises non nationalisées de l’énergie, a annoncé Ivan Hoarau, secrétaire général à la CGTR, ce mercredi 30 mars 2011. Le syndicat souhaite en effet qu’une « porte de négociation soit ouverte » pour trouver une issue à une situation qui perdure depuis début 2011.

Le mouvement de grève à EDF et à la Séchilienne SIDEC est de plus en plus impopulaire et les salariés le savent. Tout comme ils savent qu’ils ne bénéficient plus des mêmes moyens de pression qu’au début de la grève.

Vendredi soir, date du début de la grève, les salariés pouvaient empêcher le fonctionnement des centrales thermiques du Gol et du Port. Ce qui est désormais impossible. À ce jour, 37 réquisitions ont été notifiées aux grévistes pour qu’ils puissent assurer le fonctionnement des machines. Conséquence, la centrale du Gol et de Bois-Rouge fonctionnent de nouveau normalement et les délestages devraient désormais faire partie du passé.

Autre moyen de pression dont bénéficiaient les grévistes, le piquet de grève devant la centrale thermique du Port. Ce qui leur permettait d’empêcher les salariés sous traitant d’EDF en charge de la maintenance des turbines de pénétrer dans la structure. Là encore, les grévistes doivent abandonner ce moyen, suite à une décision du juge des référés datant de ce mardi dans laquelle il ordonne la levée du filtrage à l’entrée. Les salariés se sont exécutés. « On maintient le piquet de grève mais on laissera les salariés entrer dans le bâtiment », indiquait mardi soir Patrice Atchicanon, secrétaire général adjoint à la CGTR EDF.

Les grévistes doivent enfin faire face à la défiance des Réunionnais qui sont de plus en plus nombreux à critiquer le mouvement. Des manifestations avaient été organisées dans le Sud de l’île dimanche et lundi. Nombreux sont aussi ceux qui crient leur colère sur les radios locales. Dernière action de défiance en date, un salarié gréviste d’EDF résidant au Tampon aurait vu une plaque fixée devant sa résidence. « Il est écrit "ici habite un salarié gréviste" », relate Patrick Hoarau, secrétaire général à la CGTR EDF. « C’est inadmissible d’arriver à de tels extrêmes », s’indigne le syndicaliste.

Face à cette situation, « nous avons choisi de privilégier le dialogue. Un conseiller de la CGT Énergie a contacté un technicien du ministère de l’Énergie pour lui demander la mise en place d’une médiation », détaille Ivan Hoarau. Médiation qui devrait aussi réunir les directions d’EDF et de la Séchilienne SIDEC. « C’est la condition sine qua non pour qu’elle puisse avoir lieu », souligne le responsable de la CGTR.

La médiation, si elle a lieu, devrait se dérouler à Paris « d’ici quelques jours ». « Ce sera l’occasion de débattre sur des éléments nouveaux », explique Ivan Hoarau qui rappelle que la revendication des salariés reste la même, à savoir l’alignement de leur salaire sur celui des fonctionnaires à savoir une prime de vie chère de 53%. Les salariés basent leur revendication sur l’interprétation d’un texte de loi actuellement soumis à l’avis du Conseil d’État.


Kanalreunion.com