Luttes sociales

Les grévistes font reculer le patron

Clean Auto 

Témoignages.re / 5 novembre 2013

« Le patron de Clean Auto n’en revient pas. En 16 ans d’existence, son entreprise n’avait jamais connu de mouvement de grève. Il y a donc un début à tout !

La première grève a commencé mercredi dernier et a été suivie par 80% du personnel. Pourquoi ? Parce qu’il y a un an, sous prétexte de redressement judiciaire, ce monsieur avait décidé de supprimer toutes les primes dont bénéficiaient ses salariés : prime Cospar, prime d’ancienneté et d’intéressement ramenant de ce fait leurs salaires d’un peu plus 1200 euros à 1000 euros mensuels.

Une première grève d’avertissement ne l’avait pas fait changer de position. Au contraire, il s’en était pris à 7 salariés en leur administrant des sanctions et en avait licencié deux pour fautes ! C’est cette décision scandaleuse qui a entrainé à juste titre la colère des travailleurs de Clean Auto qui avaient fait preuve d’une grande patience pendant un an. Ceux-ci réclamaient le rétablissement des primes, une augmentation de salaire, que soit portée de 50 à 60% la participation financière du patron aux tickets restaurant et bien sûr la réintégration de leurs deux camarades injustement licenciés.

Au bout de trois jours de grève, le patron reculait sur toutes les revendications d’ordre salarial, mais se refusait à revenir sur les deux licenciements, en leur concédant cependant une plus forte indemnité de licenciement.

Ces reculs ont été obtenus par la lutte et la solidarité des travailleurs de Clean Auto qui ont bénéficié du soutien de la CGTR. Ils montrent aussi en l’occurrence que ce patron « en difficulté » avait bien les moyens de maintenir le même niveau de salaire. Une leçon à retenir pour tous ceux qui, à l’avenir, seraient confrontés à la même situation ! »

  (Source : Bulletin CGTR-Est)


Kanalreunion.com