Luttes sociales

Les guides en grève illimitée dés aujourd’hui

Boutique "Tafia et Galabé" de la Distillerie Savanah

Témoignages.re / 2 novembre 2009

Les guides à la boutique "Tafia et Galabé" débute aujourd’hui une grève illimitée. Dans un communiqué, ils exposent leurs revendications.

« Nous les salariées de la Distillerie Savanah qui travaillons comme guides à la boutique "Tafia et Galabé", soutenues par la CGTR, vous informons que nous entamons une grève illimitée à partir du lundi 2 novembre 2009 pour les revendications suivantes :
– mensualisation des salaires
– horaires de travail aux 35 heures
– délai de prévenance de 4 jours pour toute modification de planning
– consolidation de l’emploi dans l’entreprise
– application des règles de sécurité dans l’entreprise
– affichage de ces règles obligatoires dans la boutique" Tafia et Galabé"
– formation des guides aux règles de sécurité obligatoires dans l’entreprise

– déplacement de monsieur Alain Landry, responsable commerciale, hors de la boutique "Tafia et Clalabé" suite à des événements graves

Depuis notre embauche en début de cette campagne sucrière jusqu’à aujourd’hui, nous avons multiplié les rencontres entre la direction de la Distillerie Savanab pour lui faire part d’irrégularités concernant nos contrats de travail et les conditions de travail en espérant trouver des réponses satisfaisantes. En vain. La direction de la Distillerie Savanah, filiale du Groupe Quartier Français, à chaque fois, a prétendu que non seulement elle ne pouvait nous donner satisfaction, mais elle a également nié certaines de nos affirmations.
Les guides de la Distillerie Savanah qui font les visites de la sucrerie et de la distillerie sur le site de Bois Rouge sont embauchées sous CCD et sont payées à l’heure de travail effectuée Il n’est pas rare en effet que l’on touche certains mois des salaires qui avoisinent le Smic et d’autres mois des salaires de moins de 700 euros.
Il existe dans l’entreprise un turn over important du personnel : d’une campagne à l’autre des filles succèdent à d’autres filles. Ça suffit la précarisation de l’emploi !
Les pressions sur les salariées que nous pourrions qualifier de harcèlement de la part de la direction sont monnaies courantes.
La direction fait fi des règles de sécurité, un comble dans une entreprise qui a pour principale activité la visite industrielle !
Nous revendiquons un avenir moins incertain et des meilleures conditions de travail pour nous mais aussi pour les travailleuses qui nous succéderaient ».

Dès LUNDI 2 NOVEMBRE A 7H30 vous pourrez vous rendre sur le piquet de
grève sur le site de BOIS ROUGE à SAINT ANDRÉ


Kanalreunion.com