Luttes sociales

Les jeunes Réunionnais font entendre leurs revendications

Nouvelles manifestations à Saint-Louis et à Saint-Pierre

Témoignages.re / 16 février 2016

Nouvelle mobilisation des jeunes dans le Sud. Ils ont fait grève ce mardi à Saint-Louis contre la chaleur dans les classes et pour l’emploi. À Saint-Pierre, ils ont dénoncé les conditions de travail désastreuses au Campus professionnel géré par la Région Réunion.

JPEG - 48.9 ko
À La Réunion, plus de la moitié des jeunes sont au chômage.

Les jeunes du Sud ont de nouveau choisi de chemin de la lutte. À Saint-Louis, des lycéens sont en grève depuis vendredi pour protester contre la chaleur dans les classes, et pour l’emploi.

Cette mobilisation met de nouveau en avant la question du calendrier climatique. À force de grignoter les vacances d’été au profit de celles d’hiver, le calendrier scolaire de La Réunion se rapproche de celui de la France. Mais une différence de taille sépare les deux pays : la France n’est pas une île tropicale située dans l’hémisphère Sud. Si en France, les jeunes ne vont pas à l’école dans la saison la plus chaude, ce n’est pas le cas à La Réunion. Les élèves réunionnais ont été contraints de reprendre les cours à la fin du mois de janvier, en plein été et en pleine saison des cyclones.

Calendrier scolaire inadapté

Par contre, les semaines de cours pendant la saison fraîche ont diminué à La Réunion.

Cet alignement sur la France a lieu alors que La Réunion connaît également les effets du changement climatique. Les années récentes sont dans les plus chaudes jamais mesurée. La poursuite dans le monde d’une politique qui privilégie la consommation du pétrole et du charbon va poursuivre cette tendance.

Les jeunes du Sud ont donc raison de manifester pour travailler dans des conditions acceptables.

L’autre revendication est celle de l’emploi. Comme la veille au Tampon et à Saint-Pierre, les lycéens ont montré qu’ils sont inquiets pour leur avenir. Ils veulent travailler à La Réunion. Les responsables politiques sont donc clairement interpellés. Les jeunes ne veulent pas attendre d’être sortis de l’école pour préparer leur avenir. Ce n’est pas parce que les médias sont très discrets sur les chiffres du chômage et la gravité de la crise que les jeunes ne sont pas informés. Ils rappellent que la priorité à La Réunion, c’est l’emploi. Le combat des jeunes mérite d’être soutenu.

Campus Pro : que fait la Région Réunion ?

À Saint-Pierre, les stagiaires du Campus Pro étaient descendus dans la rue pour que la Région Réunion entende leurs revendications. Sous la mandature de Paul Vergès, la Région avait investi plus de 80 millions d’euros dans la transformation du centre AFPAR de Saint-Pierre en Campus professionnel de l’océan Indien. Au moment de son inauguration en septembre 2009, il était le plus grand établissement de ce type de l’Union européenne. Mais au bout de cinq ans de présidence de Didier Robert à la Région Réunion, l’outil ultramoderne n’est plus que l’ombre de lui-même. Le 26 janvier, les jeunes avaient obligé la Région à discuter.

Mais au bout de trois semaines, les stagiaires ont de nouveau été contraints à la grève et à la manifestation. Ils dénoncent le délabrement de leur atelier, ainsi qu’un manque de professeur chronique. Les jeunes ont bloqué un rond-point à Saint-Pierre, ainsi que l’entrée du Campus Pro de Saint-Pierre. C’est pour eux la seule manière de se faire entendre. Les jeunes ne veulent pas des promesses orales des élus du Conseil régional, ils attendent des engagements écrits pour travailler dans des conditions dignes.

Cette mobilisation de la jeunesse est encourageante pour l’avenir. Elle montre que les jeunes prennent leurs responsabilités pour défendre leurs revendications.


Kanalreunion.com