Luttes sociales

Les libertés syndicales ne sont pas négociables

La CGT dénonce la répression des faits de grève

Témoignages.re / 25 mai 2011

Dans un communiqué diffusé hier, la Fédération Energie de la CGT s’élève contre les sanctions décidées à l’encontre des travailleurs de l’énergie en grève pour l’application de la loi.

« La lutte menée depuis de nombreuses semaines par les syndicats CGT des Pays d’Outre-mer se heurte jusqu’à ce jour au refus inacceptable des directions de toute prise en compte des revendications faisant l’objet du préavis de grève en cours.
La FNME-CGT a été aux côtés des syndicats et des salariés depuis le début du conflit en multipliant les interventions auprès des employeurs et des pouvoirs publics afin de privilégier la négociation et le dialogue pour mettre fin à ce conflit.
Après quelque 8 semaines de conflit, les directions multiplient les procédures disciplinaires envers des camarades qui sont pointés du doigt alors qu’ils n’ont rien fait d’autre que de participer aux actions décidées collectivement dans le cadre du conflit en cours.
Cette attitude n’est pas responsable de la part des directions dans un moment où des signes d’apaisement et d’ouverture de négociations devraient être donnés.
La Fédération vous assure de sa détermination à ne rien lâcher face à des dirigeants d’entreprises qui manient provocations et répression.
Vous devez être convaincus que, devant une telle attitude, ni la lassitude, ni la résignation n’auront de prise sur les syndicats comme sur la Fédération et les militants de la CGT.
Pour la FNME-CGT, les libertés syndicales, le droit d’agir pour ses revendications ne sont pas négociables et, en lien avec les syndicats des POM, nous mettrons tout en œuvre pour qu’il n’y ait aucune sanction et pour stopper cette vague de répression néfaste pour toutes et tous.
Plusieurs interventions ont eu lieu, au plus haut niveau des entreprises, pour réaffirmer notre positionnement.
La Fédération sera présente à tous les instants et entend jouer un rôle majeur dans ce processus.
Nous ne lâcherons rien, nous prendrons le temps qu’il faudra, mais justice devra être rendue à tous nos camarades qui font injustement l’objet de procédures disciplinaires internes et/ou externes. »


Kanalreunion.com