Luttes sociales

Les Réunionnais les plus pauvres toujours privés de prime de vie chère

Le gouvernement décide le maintien de l’apartheid social

Manuel Marchal / 13 décembre 2012

À La Réunion, les mesures annoncées lors de la conférence nationale sur la pauvreté ne vont rien régler. Le gouvernement a décidé de maintenir l’inégalité entre les bénéficiaires de la prime de vie chère et les autres. Pas de prime de 200 euros pour les Réunionnais qui survivent dans les minima sociaux.

JPEG - 90.7 ko

Lundi et mardi, le gouvernement a organisé une Conférence nationale sur la pauvreté. Il a présenté des mesures destinées à régler un problème qui touche en France 14% de la population.

Dans son discours de clôture, le Premier ministre a fait part des propositions du gouvernement. Une hausse du RSA de 10% sur 5 ans, qui s’ajoutera à la revalorisation prévue. L’élargissement de l’accès à la CMU-Complémentaire à 500.000 personnes de plus est un autre engagement. Pour les moins de 25 ans, une "garantie jeune" consiste en un contrat d’un an renouvelable signé entre un jeune et le Pôle emploi. Cette garantie prévoit le versement du RSA pendant les périodes de chômage.

Un pouvoir d’achat équivalent à 300 euros

À La Réunion, ces mesures ne permettront pas d’éviter la catastrophe. En effet, notre île est beaucoup plus concernée par la pauvreté que la France. De 14% là bas, la proportion des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté est d’environ 50%. C’est la conséquence d’une crise structurelle qui se prolonge depuis plus de 40 ans : l’économie ne crée pas suffisamment d’emplois pour les Réunionnais.

Dans de telles conditions, les dispositions prises par le gouvernement en matière de pauvreté concernent une large part de la population.

Dans notre île, le pouvoir d’achat n’est pas non plus le même qu’en France. Plusieurs études ont constaté un différentiel important dans les prix, de l’ordre de 50%. Le gouvernement reconnaît ce déficit en pouvoir d’achat, puisqu’il verse aux agents de l’État une prime pour compenser la vie chère. Elle est égale à 35% du salaire.

Pour les pauvres, pas de compensation, et 30.000 Réunionnais ont aujourd’hui des difficultés à se nourrir, car l’aide sociale ne suffit plus.

En prenant en compte ce différentiel de prix, le RSA ne correspond donc qu’à un pouvoir d’achat de 300 euros et pas 450 comme en France. Autant dire que la hausse de 10% annoncée ne va pas régler ce problème.

Une revalorisation minimale de 200 euros

Dans sa politique pour l’Outre-mer, le gouvernement a décidé de faire du pouvoir d’achat sa priorité. Il est à noter qu’à La Réunion, une très grande partie des revenus sont fixés par l’État. Ce sont les minima sociaux, les allocations chômage de solidarité, les retraites, le SMIC et les salaires de la fonction publique. Tous ceux qui vivent avec des revenus décidés par l’État sont tous confrontés au même coût de la vie. Pourtant, seule une minorité des personnes concernées a droit à une prime pour compenser la vie chère : ce sont les fonctionnaires titulaires. Pour les autres, le pouvoir d’achat est amputé.

Lors de la conférence sur la pauvreté, le gouvernement aurait pu annoncer une prime de vie chère pour les minima sociaux. C’est le minimum qu’on pouvait attendre d’un gouvernement socialiste, car la vie est chère pour tout le monde, et pas uniquement pour une catégorie de la population.

Cette prime de 200 euros aurait permis aux plus pauvres d’espérer atteindre le 30 de chaque mois sans être confronté à l’angoisse de l’absence de provision à partir du 20. Lors des émeutes de février 2012, le Parti communiste réunionnais avait fait une proposition allant dans ce sens : 200 euros tout de suite pour les plus pauvres. L’objectif est que cette mesure d’urgence permette à la majorité de la population de tenir jusqu’à ce que soit remis à plat toute la politique des revenus.

Le résultat de cette conférence, c’est le maintien de l’apartheid social sur décision du gouvernement. Paris décide de maintenir l’inégalité entre ceux qui ont droit à une prime de vie chère et les exclus de ce dispositif. Les pauvres vont continuer à souffrir.

M.M. 


Kanalreunion.com