Luttes sociales

Les syndicats dénoncent le MEDEF

Avenir des indemnisations chômage

Céline Tabou / 28 février 2014

Un jour avant les négociations sur l’assurance chômage, les syndicats du patronat ont de nouveau proposé aux syndicats la suppression du régime spécial des intermittents du spectacle, une proposition qualifiée de « provocations ».

D’après le projet d’accord, obtenu par l’Agence France Presse, « les règles spécifiques relatives à l’indemnisation » des ouvriers et des techniciens du spectacle seront « désormais alignées sur celles du règlement général ». Le texte du MEDEF, de la CGPME et de l’UPA propose une « concertation » avec l’Etat pour qu’il finance le surcoût lié au régime des intermittents.

Remise en cause de l’allocation chômage

La proposition du patronat avait été rejetée en bloc par les syndicats, lors de la précédente séance de négociation le 13 février, tandis que le gouvernement avait souligné à plusieurs reprises son « attachement » au régime des intermittents. Mercredi 26, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a réaffirmé à l’Assemblée nationale que le gouvernement ne laisserait « jamais détruire la spécificité des annexes 8 et 10 » de la convention ayant trait au régime des intermittents. Les patrons souhaitent également un alignement de l’indemnisation des intérimaires sur le régime général.

Dans la suite des propos tenus par les syndicats, la ministre a qualifié les positions du MEDEF de « caricaturales et tout à fait scandaleuses ». D’autant que le MEDEF propose la modulation de l’indemnisation des chômeurs en fonction de la conjoncture. Pour justifier cette proposition, les patrons mettent en avant « l’ampleur historique » de la dette du régime d’assurance chômage, qui a atteint en fin 2013 près de 18 milliards d’euros. Ces derniers insistent sur « la nécessité d’un retour à l’équilibre financier ».

Les syndicats ont constaté un « durcissement » du ton du patronat, soutenu par le gouvernement, depuis plusieurs mois. Dans un communiqué, la CGT-Spectacle a affirmé que « pour le MEDEF & Cie, l’équité, ce n’est plus seulement le nivellement par le bas, c’est l’abaissement ou la suppression des droits et le transfert à l’Etat de leurs obligations ».

 Céline Tabou 


Kanalreunion.com