Luttes sociales

Les travailleurs sociaux réclament une revalorisation de leur statut

Manifestation hier à Saint-Pierre

Sophie Périabe / 8 avril 2011

Après le mouvement national du 16 mars dernier qui avait peu rassemblé dans notre île, les travailleurs sociaux sont redescendus dans la rue hier pour demander une revalorisation de leur diplôme et de leur statut.

Educateurs spécialisés, assistants sociaux, éducateurs de jeunes enfants et conseillers en économie sociale et familiale suivent actuellement 3 ans d’études pour obtenir un diplôme reconnu à Bac+2. « Nous menons le même combat que les infirmiers qui ont fini par obtenir gain de cause », explique Mirella Germain de la CGTR Santé.
Réunis en intersyndicale, ils étaient plus d’une centaine à manifester hier devant le Centre de gestion de Casabona à Saint-Pierre.
« En tant qu’assistante sociale, si je veux aller travailler en Belgique par exemple, je suis obligée de faire une qualification, car là-bas, le diplôme est reconnu à Bac+3. Ce n’est donc pas égalitaire », poursuit Mirella Germain. Les travailleurs sociaux demandent que leurs enseignements théoriques et pratiques soient « pris en compte pour pouvoir travailleur en Europe ».
« En 2005, la France a signé le processus de Boulogne. La réforme LMD a été appliquée, mais pas dans le social, nous sommes restés à Bac+2 », souligne la représentante de la CGTR Santé.
Une revalorisation de leur diplôme entrainerait inévitablement une revalorisation de leur statut et de leur salaire.
« Pour nous, agents de la fonction publique, nous demandons une revalorisation en catégorie A », ajoute l’assistante sociale.
Encadrés par les forces de police, les manifestants ont défilé dans les rues de Saint-Pierre en empruntant le Boulevard Bank pour ensuite redescendre vers la Sous-préfecture où une motion a été déposée.
Au niveau national, des défilés ont également eu lieu devant les ministères concernés.
Les travailleurs entendent poursuivre le mouvement jusqu’à obtenir gain de cause.

SP


Kanalreunion.com