Luttes sociales

Loi El Khomri : appel des syndicats à la mobilisation pour le respect de la démocratie

Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Témoignages.re / 11 mai 2016

Hier soir, les syndicats qui demandent le retrait de la loi El-Khomri ont vivement réagi à l’annonce de la décision du gouvernement d’imposer l’adoption de ce texte par le vote de confiance. Face à l’utilisation de l’article 49-3 par le gouvernement, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent à « amplifier la mobilisation : face au déni de démocratie ! »

JPEG - 91.1 ko
En tête du défilé du 1er mai, les jeunes refusent la vie de précarité annoncée dans le projet de loi El Khomri.

Alors que les salarié-es, les jeunes, les privé-es emploi, les retraité-es sont mobilisés depuis plus de 2 mois pour le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, alors que l’opinion publique reste massivement opposée à ce texte, le gouvernement décide de passer en force en utilisant le 49.3. Inacceptable !

Ce sont les mobilisations qui ont contraint le gouvernement, à proposer des modifications au projet de loi pour tenter d’en minimiser les impacts. Le compte n’y est toujours pas !

Un code du travail par entreprise à l’opposé de la ’hiérarchie des normes’, élément protecteur et égalitaire, perdure dans le projet de loi. Scandaleux !

Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc.), qui sont autant d’éléments d’appui et de dynamiques dans la poursuite, l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Cette situation renforce la nécessité d’amplifier les mobilisations déjà engagées le 12 mai sur tout le territoire.

A partir de tous ces éléments, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL et FIDL invitent leurs structures à organiser des assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction.

Elles appellent leurs organisations à construire deux nouvelles journées de grèves et manifestations le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai prochains.

De plus, elles n’écartent aucun type d’initiatives pour les semaines à venir, y compris une manifestation nationale.

Afin de faire valoir leurs propositions elles décident de s’adresser ensemble au Président de la République pour être reçues rapidement.

Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations.


Kanalreunion.com