Luttes sociales

Loi El Khomri : le PCF et des socialistes dénoncent le projet

Assemblée nationale

Témoignages.re / 4 mai 2016

L’opposition au projet de loi s’est exprimée au travers des interventions de députés du PCF ainsi que du côté des parlementaires socialistes.

JPEG - 140.3 ko

Hier, les syndicats ont organisé des rassemblements proches de l’Assemblée nationale au moment où les députés commençaient à débattre du projet de loi El Khomri. La ministre du Travail a lancé la séance par un discours. « Ce projet de loi, personne ne nous l’a imposé, le président de la République l’a voulu », a-t-elle dit. Elle a mis en cause les « conservateurs de tous bords » qui « s’indignent toujours du “trop” ou du ’trop peu’ mais s’entendent toujours in fine pour ne rien faire ».

Jacqueline Fraysse, la députée communiste des Hauts-de-Seine, a estimé qu’il « est grand temps de questionner les choix politiques et économiques » du gouvernement.

Jean-Luc Laurent (MRC) a critiqué violemment le projet de loi, évoquant un texte « fruit de négociations de couloirs entre technocrates et représentants du patronat », et une loi « mal inspirée et mal conçue ». « Votre projet assume un objectif, faire baisser les salaires »..

Le député socialiste Denys Robiliard a fait part de ses craintes que le droit du travail « soit plus compliqué après la réforme qu’avant ». Pour expliquer sa réticence vis-à-vis des référendums d’entreprise, l’élu les a comparé avec le travail législatif : « Imaginez qu’une minorité à l’Assemblée nationale puisse décider qu’elle voterait bien une loi à 30 %… »

Myriam El Khomri a conclu la première journée de débat : « La question ce n’est pas la taille du code du travail », explique la ministre. « Le débat n’est pas médiocre, nous devons l’avoir, il est essentiel »


Kanalreunion.com