Luttes sociales

Maintenir les professeurs dans leur poste à La Réunion

L’AJFER solidaire de la lutte des jeunes enseignants réunionnais

Témoignages.re / 3 juillet 2010

Dans un communiqué, l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion constate que la décision de muter en France des enseignants réunionnais en poste à La Réunion va dans la direction totalement opposée des intentions proclamées par le président de la République lors du Conseil interministériel sur l’Outre-mer.

« A trois jours des vacances scolaires, on apprend que 10 jeunes professeurs, déjà en poste à La Réunion, vont être exclus de notre île alors que le Rectorat souhaitait leur maintien à La Réunion.
C’est la première fois que le ministère de l’Éducation Nationale refuse de valider le maintien de leur affectation dans notre île. Cette décision est scandaleuse et injuste.
Lors du Conseil Interministériel de l’Outre Mer (CIOM), à l’issue des États Généraux de l’Outer-Mer, le Président de la République a apporté un certain nombre d’orientations. S’agissant des postes à La Réunion, Nicolas Sarkozy les qualifiait de caricatures tant ils n’étaient pas occupés par des locaux et prôna de ce fait la priorité à l’embauche des Réunionnais sur leur territoire en déclarant qu’il fallait favoriser « les affectations d’ultramarins dans leur département ». La décision du Ministère de l’Éducation Nationale va à l’encontre des orientations décidées lors du CIOM, elle est inacceptable.
L’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion (AJFER) exige que ces jeunes professeurs soient maintenus dans leurs postes qu’ils occupent depuis des années à La Réunion.
Depuis plusieurs mois, la question des recrutements dans le secteur public et encore plus au sein de l’Éducation Nationale est posée. Preuve s’il en faut, qu’un véritable malaise touche aujourd’hui la société réunionnaise. Ces injustices sont sans cesse dénoncées et on ne peut que constater que le gouvernement continue à faire la sourde oreille en apportant aucune réponse concrète face aux contestations pourtant grandissantes.
Un rapport du Sénat publié fin 2009, nous relate les propos d’un élu UMP, en la personne d’Éric Doligé. Ce dernier déclara : « le recteur de la Réunion nous a indiqué que l’Éducation Nationale procède à environ 1.000 embauches par an : mais 900 des 1.000 candidats retenus viennent de métropole, alors que le territoire ne manque pas de diplômés. Il est vrai que la sur-rémunération de 1,53 attire les métropolitains ; et les jeunes sur place, qui ont moins d’ancienneté, voient ces arrivants passer devant eux… Nous n’avons pas la solution miracle mais nous avons des pistes, exiger la maîtrise de la langue créole par exemple ». Il est important de rappeler que l’AJFER, face à cette injustice reconnue, n’a pas manqué d’interpeller les instances dirigeantes, en vain et qu’aujourd’hui aucun démenti n’a été apporté par ce dernier,
Cette situation ne peut durer indéfiniment, il est primordial, en vue de la prochaine rentrée que des mesures soient prises, afin de régler, durablement, ce qui est devenu en l’espace d’un an, un facteur de désordre social, il est primordial que l’égalité des chances soit établie à la Réunion, il est primordial que le gouvernement prenne ses responsabilités et entende enfin, la voix de toute une population.
A la veille de la rentrée scolaire, l’AJFER tire la sonnette d’alarme et craint une rentrée scolaire où les jeunes réunionnaises et réunionnais seront pénalisés dans les affectations dans notre île.
Plus que jamais l’AJFER exige que la priorité soit donnée à l’embauche des Réunionnais et qu’une transparence totale soit faite sur les affectations à La Réunion pour la rentrée prochaine afin que cesse enfin cette injustice qui n’a que trop durée. »


Kanalreunion.com