Luttes sociales

Malaise social aux Finances publiques

Appel à la grève de l’intersyndicale

Témoignages.re / 31 août 2011

L’Union SNUI-SUD Trésor de la Réunion, la CGTR, la CFDT et la FO dans le cadre de l’intersyndicale appelle tous les personnels des Finances publiques de La Réunion à faire grève le jeudi 1er septembre 2011, et à se rassembler dès 9 heures devant la Trésorerie de Saint-Denis recouvrement.

Comme le rappelle la CGTR dans un communiqué, le mois de septembre marque le début de la période des échéances fiscales : impôt sur le revenu, puis taxe d’habitation et taxe foncière. Les contribuables vont se rendre massivement dans les centres des Finances publiques pour accomplir leur devoir de citoyen et sont en droit d’attendre un service public fiscal de qualité et de proximité pour les aider et faciliter leurs démarches. Mais les réformes successives qui ont frappé l’Administration fiscale avec leur cortège de fusions, regroupements et suppressions d’emplois ne permettent plus aux personnels de répondre dans de bonnes conditions aux attentes de la population. Les files d’attente seront encore interminables et les conditions d’accueil du public déplorables. De plus, l’augmentation de la charge de travail et de sa complexité, la pression managériale et les vagues successives de suppressions d’emplois ont considérablement dégradé les conditions de travail et la qualité des missions rappelle le SNUI-SUD.
Cette situation génère le mécontentement des usagers et des conditions de travail insupportables pour les personnels, notamment dans la mission d’accueil.

Des suppressions d’emploi conséquentes

Les suppressions de postes de fonctionnaires sont le dogme du pouvoir en place pour réduire le déficit budgétaire, commente le syndicat. Pourtant, la DGFIP (Direction Régionale des Finances Publiques) a déjà connu des suppressions d’emplois conséquentes depuis 2002 : 15% des effectifs auront été perdus entre 2002 et 2011, soit plus de 20.000 emplois !
À la Réunion, plus de 40 agents C ont disparu depuis 5 ans.
Pourtant, les emplois de la DGFIP ne coûtent rien au budget de l’État, bien au contraire, ils sont utiles et rentables ! Pour preuve, le coût de gestion des recettes s’élève à 1,06% et celui des dépenses est de 0,11% pour celles de l’État et 0,154% pour celles du secteur public local.

Conditions de vie au travail : des décisions s’imposent !

La DRFIP de la Réunion est au bord de l’implosion souligne l’Union SNUI-SUD Trésor de la Réunion. Une remise en cause rapide des pratiques est urgente.
Pour l’intersyndicale, c’est bien le pilotage, le management, et les indicateurs qui doivent changer en profondeur pour que le quotidien des agents devienne supportable. Cette forme de management met les individus sous pression en permanence.
Cette exigence du toujours plus produit du burn-out, de l’épuisement professionnel, du stress, de la souffrance au travail.

Dialogue social en berne !

Les organisations syndicales dénoncent l’absence de considération de la Direction régionale pour les revendications exprimées sur des dossiers importants impactant directement le vécu des personnels et des usagers réunionnais.
Les suppressions d’emplois et les mauvaises conditions de travail dégradent de fait les missions et les relations avec les usagers. Les agents de la DRFiP de la Réunion ne sont ni responsables, ni coupables de l’inconséquence de l’administration.
L’intersyndicale appelle tous les personnels des Finances publiques de La Réunion à faire grève le jeudi 1er septembre 2011, et à se rassembler le matin devant la Trésorerie de Saint-Denis recouvrement. Cet appel unitaire, souligne l’Union SNUI-SUD Trésor de la Réunion, démontre d’ailleurs que le malaise est de plus en plus profond au sein des agents de la DRFiP.


Kanalreunion.com