Luttes sociales

« Mi èm mon sité » !

Kartyé Chodron

Jean Fabrice Nativel / 28 février 2012

Une nouvelle fois, le Chaudron a fait parler de lui avec ces émeutes ! Pourtant ce quartier, on s’y sent bien. Pour preuve, ses habitants le clament.

Sabine : « J’œuvre bénévolement dans plusieurs associations. Quelle joie pour moi d’apporter mon savoir à des jeunes en difficultés scolaires. Ce quartier m’a adopté et je ne compte pas le quitter de si tôt ».

Philippe :
« Depuis 8 années, mes demandes d’embauche comme électricien sont restées vaines. Pour nourrir ma famille, je travaille au noir. Le Chaudron m’a vu naître, il me verra aussi “m’en aller” ».

Ti kok : « Tou lé soir, nou done a nou randé-vou avèk in dé dalon sou pyé fanbloyan. Nou koz, nou kas la blag, nou jouyé kart, nou inproviz in manjé. Koz a zot su Chodron, moin mi èm a li ».

Bernard : « Di pa moin alé viv ayèr, mi vé pa. Moin la arivi isi, moin lavé 5 an. Zordi mi touch mon rotrèt byin mérité. Mon plézi, èk dé kamarad, sé dalé la pèche gran matin ».

David : « Ou koné mi fé pa la politik, mé mi suiv a li. Nana in bon pé parmi zot i promèt a nou in bon pé choz. Solman kan i vyin voir a zot na pu ryin pou zot. Lé normal, ki pèt in jour. Moin lé kont la vyolans, moin la rankont in dé zèn pou di a zot arèt èk sa. Zot la di, zot i fai kom larivé. Zordi, mi voi mon sité kom sa, mon kèr lé gro ».

Sylvette : « Je suis de passage dans ce quartier où j’y loue une chambre d’étudiante pour une troisième année. Au début, j’avais une certaine appréhension. Mais très vite, je m’y suis fait. Entre voisins, on s’entraide. Il nous arrive même certains soirs de partager le repas ».

Jean-François : « La mi sort travay, mi mèt mon chort, basket èk in ti-cheurt pou alé kouri. Ou koné, mi koné kartyé la byin. Mi peu di a ou, kom dan tout kartyé na sak i fé lo kouyon é sak i fé pa. Sé pa pou sa i fo mèt lo moun i fé lo kouyon d’koté. Sa pou di lo Chodron sé in landroi bon moun ».

Il est vrai bèzman la pété dan Chodron ! Mé bèzman i pé pèt partou. Aujourd’hui, il ne s’agit pas de montrer du doigt un tel, ou un tel, ou de dire il fallait faire comme si, ou comme ça. Il importe de parler d’une même et seule voix pour sortir La Réunion du mal-logement et du chômage.

Les Réunionnais et les Réunionnaises attendent que l’on se mette autour d’une table ronde ou octogonale afin que des solutions pour le long terme leur soient proposées.

Quelques jeunes rencontrés disent « arèt pran’da nou pou domoun i koné pa ryin. I sufi ke nou rogard zot tourné viré pou konpran kosa zot lé antrin fé ».

JFN in ga la kour


Kanalreunion.com