Luttes sociales

Mobilisation à Vue Belle contre les suppressions de postes

Contre l’application du plan de rigueur du gouvernement

Témoignages.re / 14 février 2011

Dans l’Éducation nationale, le lycée professionnel de Vue Belle à La Saline les Hauts est en pointe dans la mobilisation contre le plan de rigueur du gouvernement. 167 postes d’enseignants titulaires doivent être supprimés à la rentrée dans toute l’Académie, et un tiers des contrats aidés le seront également. L’enseignement professionnel est particulièrement touché par la casse. Samedi, les grévistes de Vue Belle ont reçu le soutien de la députée-maire Huguette Bello, de la FCPE, de l’UNL et de la PEEP. Toute la communauté éducative se mobilise. Voici un communiqué du Collectif Vue Belle.

Samedi 12 février, au LP Vue Belle, une cinquantaine de personnels grévistes a organisé une matinée de rencontre avec les parents dʼélèves et les lycéens en présence de Mme Bello, députée-maire, des représentants académiques de la FCPE, des représentants académiques de lʼUNL et le soutien de la PEEP.
Les échanges ont débouché sur des propositions concrètes pour la suite de la mobilisation. Les parents sont alarmés par la dégradation de la qualité de lʼenseignement depuis trois ans, suite aux différentes réformes de lʼÉducation nationale :

- Suppression des BEP 2 ans et Bac Pro 2 ans, remplacés par des Bac Pro 3 ans sans compensation des heures perdues ;

- Suppression de postes dʼenseignants ;

- Recours massif aux heures supplémentaires exonérées de charges sociales ;

- Recours plus important aux emplois précaires (vacataires, contractuels) ;

- Pour lʼannée scolaire 2011-2012, lʼenveloppe consacrée aux emplois précaires passe de 40 à 70 millions dʼeuros ;

- Réduction drastique des moyens dʼencadrement scolaire (surveillants, assistants dʼéducation, médiateurs...), ce qui nuit considérablement à la qualité de lʼaccompagnement et à la réussite des élèves ;

- Réduction de lʼoffre de formation ;

- Suppression de sections, ce qui augmente le nombre dʼ’élèves dans les classes (de 36 à 40 élèves actuellement dans certaines classes) ;
Suite à ce rassemblement, lʼassemblée générale des enseignants du lycée Vue Belle a voté la reconduction de la grève lundi 14 février et appelle les collègues de tous les autres établissements scolaires à rejoindre le mouvement de grève pour lutter contre la casse programmée de notre système éducatif.
Un site Facebook a été ouvert et nous invitons tout le monde à venir sʼinformer en se connectant à “collectif.vuebelle”.
Une conférence de presse se tiendra lundi 14 février à 14 heures dans la salle du Conseil municipal de la Mairie de Saint-Paul, mise à disposition par la députée-maire Huguette Bello.


FSU : « Agir maintenant »

La FSU dénonce la politique éducative gouvernementale qui met en péril l’avenir de nos enfants. Elle appelle à lutter contre les suppressions de postes dans l’Académie de La Réunion déjà déficitaire, contre la multiplication des heures supplémentaires et contre les restrictions budgétaires.
La FSU appelle l’ensemble de la communauté éducative (enseignants, personnels administratifs, personnels TOS, parents d’élèves) et de manière plus large l’ensemble de la population, les élus, les syndicats à un rassemblement à la Mairie de Saint-Paul ce lundi 14 février à 14h.
Par ailleurs, et pour couvrir toutes les initiatives, la FSU dépose un préavis de grève illimitée. C’est maintenant que nous devons agir, demain il sera trop tard.


Les syndicats de direction dénoncent avec force les suppressions d’effectif

Les sections académiques des syndicats de personnels de direction ci-dessous : SNPDEN/UNSA Éducation syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale ; ID/FAEN Indépendance et Direction ; EDEN/SGEN-CFDT équipe de direction de l’Éducation nationale ; CFE/CGC Confédération française de l’encadrement - Confédération générale des cadres, dénoncent avec force la diminution des ressources humaines des collèges et lycées de l’académie : Restriction immédiate de moitié des contrats aidés, et ce, dans un contexte d’aggravation du chômage à La Réunion ; Suppression, à la prochaine rentrée, de postes administratifs (5) et d’enseignement (81).
Cette situation, qui provoque des taux d’heures supplémentaires parfois insupportables (12% en lycée professionnel !), pénalise la qualité du service public d’enseignement, détériore les conditions d’accueil des élèves et aggrave les conditions de travail de tous les personnels.


Kanalreunion.com