Luttes sociales

Mobilisation le 20 juin pour l’emploi

Nou Lé Kapab, GPX974 et « Les déportés de l’Education Nationale »

Correspondant Témoignages / 10 juin 2014

A l’approche des visites ministérielles et présidentielle, les trois organisations, Nou Lé Kapab, GPX974 et les professeurs stagiaires ont décidé de s’unir pour un rassemblement devant la préfecture, vendredi 20 juin, à 9h. L’objectif est de « s’unir sur l’essentiel, l’emploi ».

GIF - 131.2 ko

Mené par Nou Lé Kapab, le rassemblement sera l’occasion de « porter tous ensemble le combat » a expliqué Idriss Rangassamy de GPX974. « C’est une manifestation pour montrer au gouvernement qu’il y a une solidarité réunionnaise », a ajouté ce dernier.

« Six mois que rien ne bouge, l’heure est à la mobilisation » pour Gilles Leperlier. Ce dernier a indiqué qu’avec les visites ministérielles, « on a la possibilité d’agir. Les ministres ne peuvent plus venir bat’ caré en ignorant la situation réunionnaise et le dossier de l’emploi aux Réunionnais ».

Une position partagée par Olivier Fontaine qui a expliqué qu’« on se mobilise pour porter la voix de tous nos collègues. Arrêtons d’avoir peur », a indiqué ce dernier. Ce jeune enseignant affecté en France a évoqué la crainte de beaucoup de professeurs stagiaires qui « ont peur de voire leur demande écartée si ils se mobilisent ». Pour lui, « ce qui fonctionne c’est le regroupement, l’action, car c’est en manifestant de nouvelle demande qu’on a commencé à avoir des modifications dans les affectations ».

Pour Gilles Leperlier, les deux ministres « viennent préparer la venue de François Hollande », en juillet. Une visite durant laquelle, le président de la République devrait faire des annonces concernant la filière canne à sucre et la régionalisation de l’emploi. « Plus que jamais, il faut maintenir la pression pour que l’on assiste pas à une mascarade. Il faut de réelles décisions », a assuré ce dernier.

Correspondant



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La loi du 21 février 2014 (Loi 2014-173) à modifié le code du travail.
    Imposer un critère de résidence dans une offre d’emploi est ,depuis cette date, discriminatoire, au m^me titre que le sexe, l’âge, le handicap, les moeurs etc .
    il est donc interdit d’imposer un lieu géographique pour une offre d’emploi.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Se mobiliser pour l’emploi des réunionnais ; à compétence égale , oui c’est un juste combat, mais encore faut-il que les premiers concernés s’y mettent sans peur ,dans la légalité bien entendu et ils on les moyens de se faire entendre justement !
    Il faut une solidarité sans faille dans cette lutte et la victoire sera d’autant plus méritante.

    Un autre point de vue , souvent dans les administrations sommes nous bien compris et pourtant les racines sont souvent communes et kom di lo proverb nou lé pli for si nou koné osa nou sort !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Il existe dans la Constitution un article permettant l’expérimentation. Voilà, comment les lois françaises offrent toutes les possibilités, mais faute de connaissance, on se contente des textes de loi rabâché par les mêmes démagogues. Un territoire éloigné peut très bien faire appel à cette expérimentation, voie même peut très bien comme aux Antilles avoir des lois spécifiques, sans sortir pour autant du cadre républicain.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Il ’y a rien à expérimenter ! L’emploi aux Réunionnais ne porte pas atteinte au cadre républicain. La loi oblige toutes les entreprises publiques et privées de faire le bilan pluriannuel prévisionnel des besoins. En fonction de cela il suffit former les jeunes réunionnais pour occuper tous les postes. Pourquoi ne pas rendre public tous les besoins, entreprise par entreprise ou secteur par secteur ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com