Luttes sociales

Non à la solution globale
Non au vol des salariés

Témoignages.re / 14 juin 2013


« La tentative d’effacer les dettes sociales et donc de voler les salariés (la cotisation sociale étant un salaire) menée par le collectif des transporteurs and co a pour l’instant échoué devant notamment la forte opposition de la CGTR.

Obligé de rétropédaler, ce collectif and co parle aujourd’hui non plus d’extinction des dettes sociales, mais de gel global de la dette.

La CGTR rejette la solution globale. Et l’État a parfaitement raison de refuser celle-ci parce qu’elle donne une prime à des entreprises qui n’ont pas voulu respecter le droit, qui ont fait leur croissance sur du déficit créé de toutes pièces (celles qui n’ont pas fait « preuve d’une certaine orthodoxie » comme le dit pudiquement la préfecture).

Cette solution tente d’absoudre les entreprises non vertueuses et de les mettre sur le même pied que celles qui, pour des raisons pas tout à fait objectives et justifiées, ont rencontré des difficultés et qu’il convient d’aider. Elle remet en cause les règles de la concurrence et crée un précédent fâcheux susceptible d’ouvrir un processus de déstabilisation de La Réunion.

La solution au cas par cas est la seule solution qui puisse être acceptable dans la mesure où elle fera le tri entre les entreprises vertueuses et celles qui ne le sont pas.

La CGTR n’acceptera pas la solution globale. Seule une solution au cas par cas est acceptable sous réserve que les syndicats soient de la partie et que, a minima, la part salariale soit sanctuarisée.

Elle condamne la proposition du Conseil régional qui, pour des raisons d’ordre politicienne, s’acoquine avec le collectif des transporteurs and co pour tondre les salariés. Et, ce faisant, participer à la déstabilisation d’une société en crise ».

Ivan Hoareau

Secrétaire général de la CGTR

Plan de titularisation

La CGTR FPT demande l’application de la loi

La CGTR Fonction publique territoriale tenait hier une conférence de presse suite à la grève du 16 mai dernier. Le syndicat revendique la titularisation des agents communaux et l’application de la loi.

En effet, la loi de mars 2012 prévoit que dans les communes qui ont des travailleurs en contrat précaire, la collectivité présente un plan de titularisation. Mais selon le syndicat, les communes ont du retard. C’est ce qui a motivé la grève du 16 mai.
75,3% de titulaires… en France

En France, 95% des collectivités ont moins de 100 agents, ou encore 51% moins de 5 agents. C’est ce que révèle un document publié par la Direction générale des collectivités locales. Il est précisé également que 75% des agents sont titulaires.


Kanalreunion.com