Luttes sociales

Nou lé Kapab-AJFER, le CREFOM et le CRAN : la lutte continue pour la mutation des fonctionnaires

Amendements sur les Centres d’intérêts moraux et matériels

Témoignages.re / 9 octobre 2015

Les trois organisations donnent leur position suite au vote à l’Assemblée nationale d’un texte visant à favoriser le retour des fonctionnaires d’outre-mer dans leur pays d’origine.

JPEG - 49.6 ko
Gilles Leperlier (Nou Lé Kapab-AJFER), Richel Sacri (CREFOM Réunion) et Idriss Rangassamy (GPX974). Rassemblement pour l’emploi.

Dans un communiqué, Nou lé Kapab-AJFER prend acte du vote par les députés d’amendements relatifs aux centre d’intérêts matériels et moraux, visant à faciliter la mutation de fonctionnaires de l’outre-mer dans leur territoire d’origine.
« Cependant, nous notons que les CIMM existent déjà depuis des années dans les mutations des fonctionnaires et n’ont pas permis le retour des fonctionnaires ultramarins dans leurs pays d’origine », précise Nou lé Kapab-AJFER. « C’est pour cela que nous proposons en plus de la prise en compte de CIMM spécifiques « Mutations DOM » que ces critères soient bonifiés, clairement identifiés, adaptés et donnant droit à un nombre de points qui ne pénalise pas les fonctionnaires ultramarins, et ne ferme pas la porte non plus aux personnes qui souhaitent s’installer à La Réunion ». « Enfin, nous demandons que les mêmes CIMM soient généralisés à tous les secteurs de la fonction publique, qu’ils soient clairement identifiés et connus de tous », conclut Nou lé Kapab-AJFER.

Pour sa part, le CREFOM salue le vote de l’amendement présenté par la députée réunionnaise, en particulier celui de Victorin Lurel, président d’honneur du CREFOM. Selon le CREFOM, « ce vote qui répond à un long combat des mouvements syndicaux et des organisations ultramarines, dont le CREFOM, répond enfin aux revendications légitimes des fonctionnaires ultramarins candidats à une mutation dans leur département d’origine ».

« Le texte qui vient d’être voté constitue une étape importante pour une fonction publique plus représentative des bassins de vie qu’elle administre en outre-mer, telle que défendue par le CREFOM. Il ne précise pas en revanche le contenu des CIMM.
Le combat continue donc pour que les critères du CIMM donnent une vraie chance aux ultramarins », poursuit le CREFOM.

Pour le CRAN, « les organisations syndicales et les différents « corps de vigilance » à La Réunion, ainsi que dans les territoires concernés doivent rester observateurs sur le principe d’une application juste du CIMM, et que les ministères concernés fassent preuve de transparence et d’équité »


Kanalreunion.com