Luttes sociales

Nouvelle mobilisation contre la politique de casse sociale du gouvernement

Tous au Tampon ce matin à 9 heures

Manuel Marchal / 21 février 2011

Ce matin à 9 heures a lieu un rassemblement devant le lycée Roland Garros du Tampon. Il fait suite à l’arrestation puis à la garde à vue d’Alexis Chaussalet, responsable fédéral de l’Union nationale des lycéens et de trois autres jeunes. C’est aussi une action qui s’inscrit dans la lutte contre la casse de l’Éducation nationale. Il s’agit de lutter pour le maintien et la création d’emplois à La Réunion, c’est une cause qui rassemble largement.

Jeudi matin aux aurores, Alexis Chaussalet, responsable fédéral de l’Union nationale des lycéens est interpellé et conduit manu militari à la gendarmerie du Tampon pour être placé en garde à vue. Trois autres jeunes connaissent le même sort le même jour. Alexis Chaussalet est conduit à Saint-Pierre où se poursuit son maintien en garde à vue. Cette procédure a été décidée suite à une manifestation des lycéens de Roland Garros au Tampon, contre les suppressions de postes dans l’Éducation nationale.
Sitôt la nouvelle connue, c’est une vaste chaine de solidarité qui se met en place. Une manifestation a lieu dans les rues du Tampon. La libération d’Alexis Chaussalet intervient peu après.
Cette mobilisation débouche aujourd’hui sur une nouvelle action, c’est un rassemblement à 9 heures devant le lycée Roland Garros au Tampon. L’objectif est de marquer la solidarité avec Alexis Chaussalet et ses camarades cibles de la répression après avoir manifesté contre l’application du plan d’austérité du gouvernement dans l’Éducation nationale.
Cette manifestation s’inscrit également dans la longue série de mobilisation contre la casse de l’Éducation nationale à La Réunion. Depuis l’annonce de la suppression de 162 postes d’enseignants à la rentrée, et du tiers des emplois aidés, ainsi que des postes en moins dans l’administration, c’est l’unité des revendications. Les personnels, les parents d’élèves et les jeunes se rassemblent pour sauver un service public. Ils s’opposent à la suppression des postes car ces mesures vont pénaliser d’abord les plus démunis. Elles ne vont pas non plus aider à résorber l’illettrisme qui touche environ 110.000 Réunionnais. Lancé à Vue Belle, le mouvement s’est considérablement élargi tout au long de la semaine dernière.
La mobilisation pour la sauvegarde du service public, et donc pour l’emploi à La Réunion, va connaître une étape aujourd’hui. Il est donc important que le succès soit au rendez-vous. C’est le premier acte d’une semaine d’actions qui sera conclue vendredi par les manifestations de Saint-Denis et de Saint-Pierre.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com