Luttes sociales

Ouverture du 50e Congrès de la CGT

Hier à Toulouse

Témoignages.re / 19 mars 2013

Le 50e Congrès de la CGT a commencé hier à Toulouse. Après le mot de bienvenue de Gisèle Vidallet, secrétaire générale de la CGT de Haute-Garonne, le rapport introductif a été lu par Thierry Lepaon, pressenti pour devenir le prochain secrétaire général de la Confédération. Voici quelques extraits de son discours publiés hier dans "l’Humanité".

« La journée nationale d’action interprofessionnelle du 5 mars dernier l’appel de la CGT et de FO avec le soutien de la FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse a marqué une nouvelle étape sociale. Avec 175 manifestations rassemblant plus de 200.000 salariés actifs, retraités et privés d’emploi, elle constitue un vrai point d’appui pour la suite. Cette première journée est le début d’un processus de mobilisation que nous devons faire grandir. […] Le 2 avril va s’ouvrir le débat parlementaire. Il ne peut se tenir sans l’intervention des salariés. La CGT recherchera la plus grande unité syndicale possible et prendra ses responsabilités. Je propose que le congrès décide d’une journée nationale d’action dans la semaine du 2 au 5 avril ».

Sur l’accord national interprofessionnel

« Notre ambition revendicative vise le progrès social permanent, articulé autour de l’amélioration du quotidien de travail et de vie des salariés et des retraités, et de la transformation sociale. C’est le travail qui crée les richesses. Il doit servir au progrès de l’humanité. […] Gagner des créations de postes, requalifier un contrat précaire en CDI, arracher une étude complémentaire, améliorer les conditions de travail sur un plateau d’accueil téléphonique, ce sont des résultats qui permettent d’ouvrir des perspectives sur une autre façon de travailler et de produire. Partir du travail, n’est-ce pas le meilleur moyen d’articuler des perspectives revendicatives concrètes à court terme, et des ambitions transformatrices à plus long terme ? […] Agir sur le travail, c’est aussi le moyen de retrouver de la solidarité entre les salariés, de jeter des ponts avec les préoccupations des citoyens ».

Les défis de la CGT

« Le premier des défis à relever est celui de la syndicalisation. Nous sommes dans une situation encourageante avec une progression continue du nombre d’adhérents à la CGT depuis cinq ans. Cette progression cache de fortes disparités d’implantations territoriales et de prise en compte de toutes les catégories de salariés, de privés d’emplois et de retraités. […] Pour franchir une nouvelle étape de syndicalisation, il s’agit d’être présent là où les salariés se trouvent : dans les PME et les PMI. […]
Enfin, et je sais que cette question fait débat dans la CGT aujourd’hui, nous devons affronter la question de l’unité des salariés et du syndicalisme rassemblé. Cette question ne concerne pas que les organisations de la CGT, elle est également posée à l’ensemble du syndicalisme de notre pays. […] La recherche de l’unité syndicale est une constante de la CGT, car elle est source d’efficacité pour rassembler le plus largement possible…

Oui, avec la CGT, on peut changer les choses ! Notre syndicalisme est porteur d’espoir ! Oui, c’est la force collective qui nous pousse, c’est notre syndicalisme qui libère ! Le monde comme l’avenir sont ouverts. Ensemble, oui, tous ensembles, nous pouvons transformer le monde ! Faisons en sorte que les millions de salariés, retraités et privés d’emploi de notre pays s’emparent de la CGT pour changer la vie ! »


Kanalreunion.com