Luttes sociales

Parvenir à l’équilibre budgétaire

Retour à l’emploi pour Jean

Témoignages.re / 29 janvier 2013

Jean parvient à équilibrer son budget, mais au prix de sacrifices.

Jean, rencontré dimanche après-midi avant l’heure de footing, vient de signer un CDI dans une entreprise privée de services après une période d’essai et 5 années passées à Pôle Emploi.

« Je me ressens vivre », confie-t-il. Avant sa période de recherche d’emploi, il a été employé au sein d’une association de quartier où « j’étais aide-comptable ». A ce nouveau poste, il opère depuis septembre 2012.

Le temps de retrouver des repères, aujourd’hui, il a le soutien de toute une équipe. En effet, il est apprécié pour son éthique. Avec sérieux, il effectue la saisie des factures, la relance des clients, etc. Le travail d’équipe est porteur et « nous tous, nous formons une famille ».

« Je perçois un peu plus du SMIC, soit 1.300 euros » , révèle Jean. Pourtant, il fait preuve d’économie même si sa situation a évolué. En effet, déplore-t-il, « les prix des aliments comme ceux des abonnements téléphone et télévision, entre autres, restent élevés ».

Et malgré ça…

Sur sa paye, il soustrait :

- le loyer (un studio) : 380 euros

- la mutuelle : 48 euros

- les impôts 69 euros

- le forfait GSM : 29 euros

- l’Internet : 35 euros

- l’assurance auto : 51

- le crédit à la consommation : 110 euros

- le gasoil : 100 euros

- les aliments : 200 euros

- l’épargne : 80 euros

= 1.102 euros !

S’ajoutent à cette note d’autres, mais périodiques, l’eau, l’électricité… Il bénéficie d’une aide au logement.

Jean fait preuve de rigueur dans son budget. Pour atteindre cet équilibre, il se prive de loisirs, il a mis de côté la salle de sports, les sorties entre ami(e)s, le cinéma, les concerts, etc. De temps à autre, il s’offre un bon repas dans une table d’hôte. Avec des copains, « nous participons chacun » .

Jean n’est pas le seul à avoir relevé que, juste après le passage du Nouvel An, les prix des aliments, même élémentaires, sont repartis à la hausse. Lorsque l’on dit agir pour la baisse des prix, on est en droit de se demander : de qui se moque-t-on ?

Jean-Fabrice Nativel

Une explication est donnée sur le site de la FAO : «  La sécurité alimentaire est assurée quand toutes les personnes, en tout temps, ont économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins nutritionnels pour leur permettre de mener une vie active et saine ».

Source : http://www.fao.org/hunger/hunger-home/fr/


Kanalreunion.com