Luttes sociales

Patrick Corré : « Le dispositif ECLAIR, un désastre pour le personnel »

Manifestation de la CGTR Educ’action et la FSU

Témoignages.re / 18 juin 2011

A l’appel des organisations syndicales de la CGTR Éduc’action et de la FSU, une cinquantaine de représentants et personnels d’établissements classés prioritaires ont manifesté hier devant le Rectorat. Ils dénoncent la mise en application du dispositif ECLAIR (École, collège, lycée pour l’ambition, l’innovation et la réussite). Un dispositif qui doit à terme remplacer les établissements d’éducation prioritaire, à savoir les RAR (Réseaux d’ambition réussite) et les REP.

« ECLAIR, un désastre pour le personnel », selon Patrick Corré, secrétaire général de la CGTR’Éducation. « ECLAIR n’améliorera pas réellement les résultats des élèves ». « Nous demandons l’abandon de ce dispositif. Il y a régression statutaire du personnel et ça n’apporte rien de plus pour les marmailles », explique-t-il.
« ECLAIR est médiatisé comme le programme qui va solutionner les difficultés scolaires. Or, cela va précariser les emplois », affirme de son côté Marie-Noëlle, enseignante au collège Henri Matisse de Saint-Pierre.

En effet, le dispositif permet de renforcer l’autorité du principal, lui permettant, par exemple, de recruter son propre personnel. Une mesure que contestent les organisations syndicales et le personnel des établissements concernés. « Cela va privatiser les établissements, qui deviendront comme des entreprises », souligne Sandrine, assistante sociale au collège Henri Matisse de Saint-Pierre. « L’objectif affiché du gouvernement est de stabiliser les équipes. Au contraire, vu l’expérience menée en France depuis un an, on constate l’effet inverse. Les titulaires partent et les contractuels restent », poursuit-elle.

Patrick Corré dénonce également « le passage en force du dispositif ». « Nous avons eu la garantie par le ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, qu’ECLAIR ne serait pas appliqué dans les établissements qui refuseraient cette mesure. Or, on a appris l’intégration de force de certains établissements », termine-t-il.

Une motion a été déposée au Rectorat.


Kanalreunion.com