Luttes sociales

Perturber le Grand Raid pour le sauver

UIR CFDT

Témoignages.re / 13 octobre 2011

Lors de ce Grand Raid, l’UIR CDFT “est dans la course” pour manifester contre les conditions de travail des agents de l’ONF qui tout le long de l’année embellissent les sentiers. Explications de Jean-Pierre Rivière, son secrétaire général.

La menace de perturber le Grand Raid par la section CFDT ONF est une action réfléchie dont nous connaissons les conséquences sur l’image de cet événement international. L’UIR CFDT apporte son entier soutien à cette action. Avant d’arriver à cette extrémité, nous avons demandé au directeur régional de rencontrer la CFDT, cette demande est restée lettre morte. Nous ne pouvons donc en supporter seuls les conséquences.
Les Grands Raideurs doivent savoir que les merveilleux sentiers qu’ils arpenteront ce week-end sont créés et entretenus par des ouvriers forestiers de l’ONF. Ces salariés sans déroulement de carrière sont rémunérés au taux horaire du SMIC tout en ayant quelques fois plus de 30 ans d’ancienneté. La dernière augmentation de salaire est de 1%.
Les Grands Raideurs doivent savoir que le dialogue social au sein de cette institution se résume à des requêtes aux prud’hommes, au tribunal d’instance ou au tribunal correctionnel. Des risques psycho sociaux commencent déjà à poindre et les conditions de travail au sein même de la catégorie des fonctionnaires de l’ONF se dégradent fortement.
Les Grands Raideurs doivent savoir que la suppression des postes à l’Office Nationale entraînera irrémédiablement une dégradation de l’entretien des sentiers mettant ainsi à mal la course phare de notre pays. La Diagonale des Fous existe par ses organisateurs et ces centaines de bénévoles, mais elle existe surtout grâce à des salariés qui tout au long de l’année œuvrent dans nos montagnes et entretiennent avec dévouement et amour pour leur métier les parcours qui seront empruntés par les raideurs.
L’UIR CFDT en appelle donc à la reconnaissance des salariés de l’Office Nationale et de leur travail, à l’amélioration de leurs conditions salariales et de travail et à l’instauration d’un vrai dialogue social qui devrait se passer ailleurs que dans les prétoires.


Kanalreunion.com