Luttes sociales

Peu de lycéens mobilisés

Manifestation de l’UNL à Saint-Denis

Témoignages.re / 7 mai 2010

Quelques dizaines de lycéens se sont rassemblés au Jardin de l’État à l’appel du syndicat UNL hier, pour le retrait de la réforme des lycées. Mais le défilé n’a pas eu lieu.

Le syndicat n’a visiblement pas su mobiliser à Saint-Denis. Sans doute en raison d’un manque d’organisation, selon Théo Boisard, seul membre de l’UNL présent au lieu de rendez-vous. Entre autres, les tracts d’appel à la manifestation ont en effet été distribués tardivement. Les lycéens ont finalement renoncé à défiler jusqu’à la Préfecture.
Principale préoccupation des lycéens, la suppression des cours d’Histoire en filière scientifique et des cours de Maths en filière littéraire, dès la seconde. « Imaginons un élève mauvais dans certaines matières, mais bon en Histoire ou en Maths, comment va-t-il se rattraper, et pourra-t-il se réorienter vers une autre filière ? », s’interroge Théo.
« On nous fait croire que l’on supprime des disciplines pour notre bien, mais il s’agit plutôt de baisser le niveau. Ce sont des matières utiles qui enrichissent nos connaissances et nous ouvrent plusieurs voies », argumente Ophélie et ses copines Cathy et Raphaëlle.
Autre préoccupation, les suppressions de postes d’enseignants et la réforme de la formation des maîtres. « C’est comme si on demandait à un médecin de soigner alors qu’il n’a jamais vu de malade », poursuivent les jeunes filles. Elles parlent en effet des professeurs stagiaires qui devront désormais enseigner sans une seconde année de formation à l’IUFM. 

EP


Kanalreunion.com