Luttes sociales

Plus de 135.000 demandeurs d’emploi à La Réunion

Nouvelle aggravation de la situation

Manuel Marchal / 29 juillet 2010

La stratégie de démolition de la nouvelle direction de la Région a de tragiques conséquences pour le pays. Au lieu de rechercher à relancer l’activité, la casse des projets fait atteindre à notre pays un sommet en terme de nombre de demandeurs d’emplois : 135.059 Réunionnais recherchaient un travail à la fin du mois de juin.

Mardi, Pôle emploi publie les statistiques nationales du chômage. L’heure est semble-t-il à la stabilisation. Moins de 24 heures plus tard, la publication des statistiques régionales démontre au contraire une nouvelle aggravation de la situation à La Réunion.
Le nombre de demandeurs d’emploi a atteint à la fin du mois de juin plus de 135.000, tandis que le nombre de Réunionnais totalement privé d’emploi durant un mois a dépassé les 108.000. Cela fait que selon les différents critères de classement des chômeurs, l’augmentation sur un an à La Réunion est supérieure de 6 à 9 points par rapport à la France.
Cette aggravation ne doit rien au hasard, elle est le résultat de la mise en application d’une stratégie de la démolition lancée en 2007 par Didier Robert lorsqu’il a décidé de jeter à la poubelle un chantier de plus de 100 millions d’euros : la rocade du Tampon.
Arrivé à la Région, Didier Robert a poursuivi la casse des projets. Alors que les chantiers de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise et du tram-train pouvaient démarrer cette année, il décide de les arrêter. Rien n’est prévu à la place, et au lieu de rechercher des financements pour investir et créer de l’emploi, la nouvelle direction de la Région se lance dans la distribution de bons d’achat, d’aides dont l’objectif clientéliste est compris par tout le monde.
Mais la pire catastrophe est devant nous, quand se produiront pleinement les effets de l’annulation du tram-train et du report à une date indéterminée du chantier de la nouvelle route du littoral. À ce rythme, la barre des 150.000 demandeurs d’emploi risque d’être franchie rapidement, rappelant que ce sont les travailleurs qui sont les premiers à payer le prix de décisions politiques destinées à casser le développement du pays.

M.M.


Kanalreunion.com