Luttes sociales

Port-Réunion : Un climat complexe et tendu

La lutte des dockers pour l’emploi à La Réunion

Témoignages.re / 17 janvier 2014

Pour Danio Ricquebourg, « la SERMAT est l’arbre qui cache la forêt », car la situation des entreprises au sein du Port Réunion reste opaque. D’autant plus qu’il existe un monopole de trois entreprises (Somacom, SGM, SAMR), elles-mêmes détenues par de grands groupes comme Bolloré, qui pèsent sur les discussions avec les syndicats.

D’autant plus que pour les syndicalistes, « les patrons font payer aux travailleurs leur politique de copinage, leur incompétence et leur organisation mafieuse ». Une « organisation mafieuse » affirmée par l’audit des cabinets LALA et Juristratégies.

D’ailleurs, les deux expertises mettent en évidence un manque de coopération de la part des aconiers, dont certaines ont refusé de donner des « documents marquants » ou des documents comptables. « Ils ont quelque chose à cacher ? » a posé le syndicaliste.


Kanalreunion.com