Luttes sociales

Pour l’affichage du chariot-type dans tous les magasins

Contre la cherté de la vie, l’ARCP appelle à la transparence

Témoignages.re / 10 décembre 2011

Lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi 9 décembre 2011, l’ARCP n’a pas manqué d’évoquer deux sujet qui font l’actualité sociale à La Réunion. Les problèmes de la cherté de la vie et des ex-salariés de l’ARAST.

La conférence de presse a commencé par un hommage, Jean Hugues Ratenon, Monique Iori ainsi qu’Éric Parlier ont souhaité exprimer leurs sentiments sur les différents drames survenus cette semaine et par la même occasion dire toutes leurs solidarités aux familles frapper par le deuil.
Il a été ensuite question du 22e chariot type qui a fait l’objet d’une analyse par les membres de l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté.

Il est possible de baisser les prix

Pour l’ARCP cette dernière enquête rendue publique confirme encore une fois que l’éloignement est loin d’être la seule raison de la cherté de la vie à La Réunion. Sinon comment expliquer que l’Observatoire des prix et des revenus (OPR) arrive à la conclusion que l’écart de prix entre le chariot type le plus cher et le moins cher est de 32,27 euros sur une liste de produits semblables. Le prix dépend du pouvoir d’achat des consommateurs de la zone géographique, relève l’ARCP. Et les enseignes de l’Ouest apparaissent clairement comme ceux qui abusent le plus en matière de fixation des prix.
Pour l’ARCP le chariot type de l’OPR confirme les chiffres obtenus lors de ses propres travaux rendus publics en septembre dernier. La tendance reste la même et ne peut que pousser les consommateurs à agir pour faire baisser les prix.

Les travaux doivent être exploités par les consommateurs

Tout en rappelant la bataille pour l’installation de l’Observatoire des prix et des revenus, Jean Hugues Ratenon n’hésite pas à dire que la mobilisation commence à porter ses fruits et que le comportement des consommateurs peut aujourd’hui faire la différence.
Après avoir fustigé l’outil qui a ses yeux ne répond pas à l’attente de la population, le président de l’ARCP lance aujourd’hui un appel aux consommateurs pour que dorénavant le chariot type serve de repère pour le choix des lieux d’achat. Les enseignes les plus chères doivent être boycottées et les moins chères privilégiées, tout en tenant compte du comportement global de la chaine de magasins sur le territoire.

La communication de la préfecture trop médiocre

L’ARCP est très mécontente de la communication faite autour des travaux de l’OPR. Elle considère que rien n’est vraiment fait pour que le document soit mis à la disposition des consommateurs réunionnais. D’où la proposition d’un affichage systématique du panier-type a l’entrée de l’ensemble des magasins de l’île : celui qui paie a le droit de savoir.
Plus que jamais et face a la résistance du monde économique les dirigeants de l’Alliance contre la pauvreté prônent la révolution douce en appelant les Réunionnaises et les Réunionnais à mener une guerre sans merci à la cherté de la vie. Encore une fois la solidarité les clés de toute réussite.

Ex-ARAST : l’AGS doit indemniser

La détresse des femmes victimes de la liquidation de l’ARAST qui campent devant le Conseil général ne laisse pas indifférent les membres de l’Alliance contre la pauvreté.

Pour eux la logique veut que l’AGS paie les indemnités. L’ARCP ne comprend qu’a La Réunion, les textes ne sont pas appliqués comme partout ailleurs. Et de rappeler que les familles ne doivent pas subir une interprétation des textes et de demander que les discussions s’ouvrent enfin pour régler définitivement le dossier.

Pour l’ARCP, devant le refus de payer la plainte aurait du être uniquement orientée contre l’AGSpour une meilleure gestion du dossier et par la suite a charge à celle-ci de se débrouiller.

Et d’appeler ceux qui ont déjà été indemnisés à ne pas s’inquiéter, car les sommes perçues ne devront en aucun cas être reversées.

Si une décision contraire a lieu le 13 décembre, l’ARCP estime que l’AGS devra s’entretenir avec le conseil général pour trouver la solution. Devant la situation extrêmement tendue, l’Alliance contre la pauvreté regrette la manipulation de certains élus et demande à Mme la présidente du Département de bien recevoir les grévistes. La détresse doit être prise en compte.


Kanalreunion.com